Quantcast

Sponsorisé

Interviews

9 février | 10h42

Jean-Jacques Efangon : "Je veux jouer contre Ricardinho"

Jean-Jacques Efangon est un capitaine heureux. Trois jours après l'exploit de son équipe en Coupe Nationale face à Plaisance Pibrac Futsal (D2), le joueur de Vaulx-en-Velin est revenu sur le match héroïque des siens.

FUTSAL Coupe de France Futsal Vaulx-en-Velin Futsal

Sponsorisé

Ce week-end vous avez réussi un exploit en éliminant une D2. Raconte-nous, comment as-tu vécu ce match ?

Ce fut une grosse émotion devant notre public venu en nombre. Il y avait une vraie ferveur autour de ce match et de notre côté on avait envie de briller face à une équipe qui évolue à l’échelon supérieur. C’est vrai qu’on a beaucoup défendu, tactiquement on s’est adapté et on s’est surtout mis au niveau. Avec beaucoup d’abnégation et de persévérance on a réussi à déstabiliser l’équipe adverse et à aller chercher cette belle victoire.

Comment imagines-tu la suite de la compétition ? As-tu un tirage préféré ?

Personnellement, j’aimerais bien tomber sur ACCS… Je veux jouer contre Ricardinho (rires). Après avoir joué contre d’autres joueurs de D1, jouer contre Ricardinho ce serait vraiment super. Le club avait déjà fait un seizième de finale il y a longtemps. On aimerait aussi vraiment battre ce record qui commence à dater. On prend ce qu’il y a prendre ! On ne se fixe pas vraiment de limite.

En championnat vous n'êtes pourtant pas au mieux… Comment expliques-tu ce contraste avec la Coupe de France ?

Déjà, on a eu un nouveau coach, avec un nouveau fonctionnement et un nouveau style de jeu. A cela s'ajoutent des nouvelles recrues. Ce sont des profils différents et c'est vrai que cela a pris du temps à vraiment fonctionner. On a aussi eu deux grosses blessures qui nous on fait mal. Et puis enfin, c'est vrai, l'engagement associatif est différent depuis la pandémie, on a perdu quelques joueurs, et on a dû faire monter certains jeunes. C'est un facteur qui joue. Après, pour en revenir au match de Coupe Nationale, la vraie différence est que nous avons eu beaucoup moins le ballon qu'en championnat. On a défendu beaucoup plus bas, donc a laissé moins d'espace. Cela s'explique par la qualité de l'adversaire certes, mais grâce à cela, on a clairement été moins exposé aux contres qu'en championnat.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :