Quantcast
Interviews

23 mars | 10h35

Jean-Pascal Taddei : "J'ai le club qui coule dans mon sang"

L'Union Sportive des clubs Cortenais, Jean-Pascal Taddei n'aura connu que ça. D'abord enfant émerveillé à Santos Manfredi puis joueur dès son plus jeune âge, le secrétaire général de l'USCC a également été éducateur et président au cours de plus de 30 ans d'amour. Il revient sur son parcours et le projet mis en place par le club.

USC Corte Jean - Pascal Taddei

Jean-Pascal, pouvez-vous nous rappeler votre parcours au sein de l’USC Corte ?

Actuellement, je suis secrétaire général du club, je m’occupe aussi de la R2 et des U16. Je suis au club depuis tout petit, j’ai eu ma première licence à 5 ans et je pense que j’ai pu aller au stade Santos Manfredi avant puisque mon père y jouait, était dirigeant, entraîneur, j’y suis depuis le berceau. Ça me fait au moins 30 ans de club. J’ai été joueur, éducateur, dirigeant, président et maintenant secrétaire général. J’ai le club qui coule dans mon sang.

De manière globale et à long terme, quel est le projet du club ?

J’ai vraiment été concerné par le projet du club à partir de 2013 lorsque nous avons repris le club avec quelques amis à l’époque où il descendait en DH après plus de 10 ans en CFA 2. Le club était mal en point, que ce soit financièrement et même au niveau de l’image puisqu’on avait perdu en sympathie auprès des cortenais et même d’autres clubs corse alors qu’on a toujours été un grand club de la région. Petit à petit, on a dit qu’il fallait construire autour des jeunes et surtout recréer une identité avec beaucoup de joueurs locaux. Je suis resté président 3 ans et on a réussi à restructurer le club, tout en restant en DH puis on a retrouvé de la sympathie auprès des cortenais et on a augmenté le nombre de licenciés. Ensuite, au bout de ces 3 ans, j’ai proposé à Jacques Colombani d’être président du club. C’est lui qui a réellement relevé l’USC Corte avec un autre projet, plus ambitieux que le nôtre, mais toujours en structurant au niveau des jeunes, ce qui commence à se ressentir car on commence à avoir pas mal de résultats et évidemment on est passé de la R1 à la N3. L’objectif est de pérenniser le club à ce niveau et essayer de se sauver cette année. Il est important que la locomotive (N3, ndlr) reste à ce niveau pour continuer la structuration. C’est beaucoup plus simple au niveau national car ça nous permet d’avoir des moyens et donc des entraîneurs diplômés et compétents. On veut quand même garder cet esprit de club familial comme on l’a fait depuis 2013. On est une grande famille, tout le monde se connaît et c’est quelque chose qui nous tient vraiment à cœur. Un club amateur doit avant tout être apprécié.

On peut être un tremplin et ce serait une fierté dans quelques années de voir un petit cortenais réussir au niveau professionnel

Jean-Pascal Taddei

Est-ce qu’il y a quand même le but de s’inscrire comme une référence du football corse comme l'ACA par exemple ?

Alors, c’est compliqué car c’est d’autres moyens, une ville plus grande, un bassin de population plus important et plus de facilités pour trouver des joueurs. On sait comment ça marche aussi, nos joueurs talentueux vont logiquement partir dans les clubs plus grands comme l’ACA ou le Sporting parce qu’ils ont des centres de formation, ils jouent à très haut niveau, ce qui fait que c’est compliqué. Mais on peut être un tremplin et ce serait une fierté dans quelques années de voir un petit cortenais réussir au niveau professionnel comme on a eu Pascal Berenguer. Ça fait toujours plaisir de voir des joueurs cortenais qui ont gagné des trophées nationaux, qui ont joué des coupes d’Europe. Si on peut être un tremplin pour nos jeunes, évidemment qu’on ne va pas se gêner.

Les U16 par exemple, sont très performants en championnat. Est-ce qu’il y a une forte volonté de les garder et que mettez-vous en place pour ça ?

Il nous reste 3 matches, on a 2 points d’avance et il va falloir tout gagner. C’est vrai qu’on fait un bon championnat, il y a beaucoup de qualités. Il y a déjà certains U16 qui ont commencé à intégrer les U18, d’autres viennent même s’entraîner avec l’équipe réserve sénior. On ne se cache pas, on leur dit souvent « si vous travaillez bien d’abord en jeunes, vous serez récompensés et vous irez vous entraîner avec les séniors ». La première étape c’est l’équipe réserve et s’il y a vraiment de grosses qualités, évidemment que ce sera avec la N3. Ça, c’est le fil conducteur du club. On essaie d’être un tremplin pour les envoyer dans un centre de formation et si on n’y arrive pas, on les garde et on continue à les former et les faire progresser pour avoir un maximum de jeunes chez nous, qui plus tard évolueront dans l’équipe fanion.

On sait que l’ambition est de se maintenir en N3, mais l’objectif est-il aussi de faire monter la réserve (R2) à court terme ?

Je pense qu’on doit d’abord bien stabiliser l’équipe première en N3. Dès que ce sera le cas, on pourra commencer à avoir d’autres ambitions avec l’équipe réserve puisque l’objectif est aussi de se sauver cette année en R2. Pour l’année prochaine, il faut vraiment faire étape par étape, ne pas se précipiter et construire petit à petit. Ce qui a fait notre force ces dernières années, c’est qu’on ne s’est jamais précipité, on a pris notre temps, on n’a pas flambé en faisant venir un nombre incroyable de joueurs. On a un maximum de joueurs locaux, renforcés par des joueurs de l’extérieur, c’est inévitable. Il faut stabiliser en N3 et après faire monter la R2 en R1 si on veut continuer à avoir de l’ambition.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :