Quantcast

Sponsorisé

News

17 février | 13h27

Kasongo Jr Djibu : « Ça tourne toujours à un moment ou à un autre en ta faveur »

Cinq défaites et un nul pour trois buts marqués en six matchs, le début de saison de Régional 3 du FC Étampes fut très difficile. Le club de l'Essonne, actuel neuvième du classement, va mieux et reste sur trois victoires, deux nuls et une défaite lors de ses six dernières rencontres. L'entraîneur Kasongo Jr Djibu revient sur cette période délicate.

R3 IDF - Poule A Football Club Etampes R3

Comment avez-vous vécu ce début de saison ?

On a fait une préparation correcte. On a joué contre des équipes de Régional 2, Régional 1, les résultats étaient à peu près bons. Et Régional 3, ce n’est pas du tout le même football… c’est totalement différent. À Étampes, on est passé sur un nouveau cycle, avec beaucoup de départs, et beaucoup de jeunes qui sont montés. J’ai voulu au départ axer le début de saison que sur les jeunes. Mais ils manquent d’expérience et ne sont pas beaucoup cadrés. On était dernier et c’était mérité. Quatre défaites en cinq matchs, mais toujours à la dernière minute, on ne tenait pas les résultats. Contre Le Mée, on prend un tir, un but. Morangis nous renverse dans les cinq dernières minutes. On a eu défensivement et aussi offensivement des retours de cadres. Ça a permis d’encadrer les jeunes qui avaient besoin de ça. On a un groupe jeune mais qui vit bien ensemble. Ça nous permet de rester souder et de créer une cohésion, malgré la difficulté. Tous les clubs du bas de classement vont se battre jusqu’au bout, et on fera partie de ceux-là.

Vous avez douté durant cette série ?

Il y a toujours une part de doute. Le motif d’encouragement est que tu perds à la fin. Ce n’est pas que tu n’as pas le niveau. C’est que ça bascule toujours du même côté. Mais à force de travailler et de gommer les petites erreurs de fin, on allait avoir notre coup de chance. Il n’y pas une équipe qui n’a pas de coup de moins bien. Nous, on l’a eu dès le début de championnat. Et quand tu regardes, ça tourne toujours à un moment ou à un autre en ta faveur. Pour cela il faut rester serein, et ne pas montrer aux jeunes que tout est perdu. Tant que tu te bas du début à la fin, c’est cela notre motivation. Tu as le droit de perdre un match, mais il ne faut pas que tu aies des regrets à la fin. Les petits l’ont compris.

La saison sera toujours stressante pour tout le monde, tout dépend de comment tu le gères.

Kasongo Jr Djibu, entraîneur du FC Étampes

Vous êtes pour le moment la moins bonne attaque du championnat, comment augmenter votre réussite devant le but ?

On a les occasions, mais on manque de finition. On manque de tueur devant le but. On a marqué dix buts mais avec cinq buteurs différents. Pour se maintenir, il faut marquer des buts mais aussi ne pas en prendre. Si on doit gagner 1-0 les matchs, on le fera. Si tu dis aux joueurs “il faut marquer, il faut marquer”, tu peux aussi crisper les attaquants. On commence à tenir la route défensivement et à ne pas prendre beaucoup de buts. À part Versailles où on en prend six et Gretz où on fait un non match, on en prend trois en trente minutes. Offensivement on peut marquer, on sait que l’on aura une occasion pour marquer un but.

De quelle manière abordez-vous cette deuxième partie de saison ?

Sans crainte mais avec joie. Soit tu joues le haut de tableau, et tu es en stress par rapport à la montée. Soit tu joues le bas de tableau et tu es en stress par rapport à la descente. La saison sera toujours stressante pour tout le monde, tout dépend de comment tu le gères. Étant donné que l’on se bat pour se maintenir, on est conditionné jusqu'à la fin. Ce n’est pas le cas d’autres équipes qui auront peut-être plus de difficultés que nous. Morangis, Les Ulis, Étampes, peut-être aussi Le Mée, on est dans la charrette depuis le début de saison. Chaque match est un combat. Ces équipes y sont habituées. Pour les équipes du milieu de tableau, quand elles se retrouveront dans la charrette, ce sera peut-être beaucoup plus dur pour elles que pour nous. On y est déjà, donc il faut se battre.

Elie Rollé

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé