Quantcast

Sponsorisé

News

14 octobre | 13h32

Salut nazi : le supporter niçois sanctionné

Le tribunal a rendu son verdict pour le supporter niçois qui avait fait un salut nazi lors de la rencontre face à l'Olympique de Marseille.

LIGUE 1 SUPPORTERS OGC NICE OGC NICE L1

Sponsorisé

La rencontre Nice-OM du 22 août dernier avait été émaillée par de nombreux incidents. Notamment à la 73' minute lorsque Dimitri Payet s'est reçu une bouteille d'eau qu'il a renvoyé dans le public avant que les supporters niçois n'envahissent la pelouse. Le match n'avait pas pu aller à son terme et sera donc rejoué le 27 octobre prochain.

Un autre supporter Niçois, bien avant cela, à la mi-temps avait fait beaucoup parler de lui sur les réseaux sociaux. Il avait notamment effectué un salut nazi en direction du parcage marseillais, avant de se faire sortir par les stadiers du Gym. Très vite la Ligue Française de Football et SOS Racisme ont déposé plainte et le Niçois été poursuivi pour "provocation à la haine" et "apologie publique de crime contre l'humanité dans une enceinte sportive".

Un an avec sursis et trois ans d'interdiction de stade

L'accusé a révélé que son acte ne relevait pas de l'antisémitisme mais plus de la bêtise : "Je ne peux pas me justifier, ce geste est horrible quoiqu'il en soit. J'ai essayé d'expliquer que c'était une provocation envers les Marseillais mais sans vouloir blesser la communauté juive. Je souhaite publiquement m'excuser. Je ne peux malheureusement pas revenir en arrière", a-t-il expliqué devant la présidente du tribunal.

Un acte que le jeune homme regrette mais qui ne reste pas impuni. Alors qu'une peine de neuf mois de prison à effectuer sous bracelet électronique et de cinq ans d'interdiction de stade, soit le maximum prévu par le code du sport, avait été demandée, le supporter n'écopera que d'un an avec sursis et trois ans d'interdiction de stade. Une peine déjà assez lourde qui le fera réfléchir sur son acte qu'on ne souhaite plus revoir dans des stades de foot.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :