Quantcast
News

24 avril | 0h00

Les anciens Dogues se livrent sur les enjeux du sprint final du LOSC

Ils ont fait la gloire du LOSC il y a de nombreuses années, et ils se livrent aujourd'hui sur les enjeux de la fin de saison des Lillois en Ligue 1.

31 min.
LYON OUEST SC OBRANIAK
Comme les Lillois actuels, ils ont eux aussi vécu de grandes émotions sous le maillot du LOSC. Pour Actufoot, Ludovic Obraniak et Fernando D'Amico se livrent sur les multiples enjeux du club lillois, lancé dans un sprint final pour le titre de champion de France de Ligue 1, dix ans après le doublé de 2011.

Les enjeux sont nombreux pour le LOSC et les Lillois en cette fin de saison très alléchante sur le plan sportif. Avant le coup d’envoi de la 34e journée du Championnat de Ligue 1, les quatre premiers du classement (Lille, 1er/70 pts, Paris, 2e/69 pts, Monaco, 3e/68 pts et Lyon, 4e/67 pts) sont séparés les uns des autres de seulement trois petits points. Un épilogue qui n’avait pas été connu en Ligue 1 depuis de nombreuses années et qui place de multiples enjeux sur le chemin du LOSC, qui a tout à gagner, mais aussi tout à perdre. Focus sur les différents scénarios possibles des Lillois, avec Ludovic Obraniak et Fernando D’Amico.

1er : titre et Ligue des Champions

C’est pour l’heure ce qui attend les hommes de Christophe Galtier, s’ils restent à la place de leader qu’ils occupent actuellement lors du coup de sifflet final de l’ultime journée du championnat, le 22 mai prochain. Et c’est définitivement ce que le LOSC vise, au-delà de tous les discours que les Dogues ont pu avoir ces derniers temps. « On ne peut pas dire qu’on ne veut pas être champions », confiait Burak Yilmaz il y a de ça plusieurs journées. C’est désormais un objectif, pour lequel il faudra se battre.

« Il reste cinq journées, avec des équipes très fortes. Je ne peux pas dire ce qu’il va se passer d’ici la fin du championnat, mais je pense que le LOSC va lutter jusqu’au bout, même si bien-sûr, je désire le voir champion », livre Fernando D’Amico, qui entre 1999 et 2003 est passé avec Lille de la Ligue 2… à la Ligue des Champions.

2ème/3ème : qualification/tour préliminaire de Ligue des Champions

Pour Lille, Paris, Lyon ou Monaco, le combat est le même. Chacun tentera d’accéder directement aux phases de groupes de la Ligue des Champions, et au pire, à son tour préliminaire. Sur le papier, le calendrier joue légèrement en la faveur du LOSC. Car hormis le choc contre les Lyonnais ce dimanche (21h), le seul adversaire des Dogues directement concerné par un enjeu sera le Racing Club de Lens (5ème/53 pts), qui lui se battra jusqu’au bout pour une qualification pour le tour préliminaire de la Ligue Europa. « Le calendrier est compliqué pour tout le monde finalement. Et voir Saint-Étienne mettre deux buts au Parc des Princes, c’est peut-être la preuve que jouer des candidats à l’Europe, c’est peut-être mieux que de jouer des clubs qui jouent le maintien », explique Ludovic Obraniak.

Car de son côté, l’OL affrontera notamment le FC Lorient et le Nîmes Olympique qui luttent pour ne pas descendre en Ligue 2, tandis que Paris devra composer avec la Ligue des Champions et la Coupe de France. Cette dernière concernant également l’AS Monaco, qui conclura son championnat, quant à lui, sur la pelouse… des Lensois.

Terminer donc sur la seconde, voire la troisième place du classement est une option tout à fait plausible pour le LOSC. « Pour des équipes comme le PSG, avec des budgets et des effectifs énormes, il ne faut pas mélanger. Je crois que le LOSC mérite beaucoup cette année, parce qu’il a montré qu’il pouvait jouait très haut pendant longtemps. Pour moi, le LOSC mérite tout ! Et quel que soit le résultat à la fin du championnat, je serai heureux et je remercierai les joueurs et le staff de nous avoir fait rêver, car ce n’est pas facile de rester aussi longtemps en haut », confie l’ancien Lillois, Fernando D’Amico.

4ème : qualification directe en Ligue Europa

Si la quatrième place synonyme de qualification directe pour la Ligue Europa ne sera négligée par aucun des prétendants au trône, il n’est pas mensonger d’énoncer qu’elle entraînera une déception des plus importantes pour quiconque séjournera définitivement sur cette marche du Championnat, après une saison aussi incroyable d’un point de vue sportif. « Je ne pense pas qu’ils prendront la quatrième place, autrement dit la place « du con » comme on la nomme. Finir sur la quatrième place serait un énorme échec. Le LOSC doit renouer avec la Ligue des champions car sur cette année-là, le club le mérite, et ce serait vraiment cruel qu’il finisse quatrième », confie Ludovic Obraniak, l’un des joueurs phares des Dogues ayant décroché le titre et la Coupe de France en 2011.

Il reste cinq matches aux Lillois, plus que jamais seuls maîtres de leurs destins, pour aller chercher le meilleur, et tenter d’éviter le « pire ». Même si, pour Fernando D’Amico, le chemin parcouru lors du voyage est bien plus marquant que la destination : « Je vais vous raconter une histoire. Celle d’un enfant qui retourne à l’école après les vacances et qui raconte qu’il a été avec son père tout en haut d’une montagne qu’il a trouvée magnifique. Un autre enfant, beaucoup plus fortuné, demande alors à son père en rentrant chez lui qu’il veut aller voir cette montagne avec un hélicoptère. Ils s’y rendent alors, et redescendent aussi vite qu’ils sont arrivés. Le lendemain, à l’école, le petit enfant fortuné raconte alors au premier que la montagne n’a rien de spécial. Ce dernier lui répond alors que lui, il a profité avec son père, en prenant du temps, en marchant, en s’arrêtant pour manger un sandwich, pour regarder les fleurs et les paysages. Pour moi, le LOSC, c’est pareil. Il profite du chemin, et nous allons tous profiter des cinq derniers matches… »

Lucas Obin

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟

SUIVEZ NOUS

Sélectionner votre département

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :