6eme tourDotation

CDF : un club de N3 reverse sa dotation à ses joueurs étudiants et à des associations

03/02/2021 à 18:07

Plouzané AC, club de N3 du Finistère qualifié pour le 7e tour de la Coupe de France, va reverser une partie de sa dotation à deux associations locales et à une partie de ses joueurs !

Qualifié pour le 7e tour de la Coupe de France en éliminant (3-0) le CS Bégard (Régional 1) dimanche 31 janvier, Plouzané AC (National 3) a choisi de partager avec deux associations la dotation versée par la Fédération à toutes les équipes atteignant ce niveau. « À la suite de la qualification en Coupe de France, une somme de 7 500 euros va être perçue par le club. Ce dernier a décidé, d’un commun accord avec les joueurs et l’ensemble des administrateurs, de redistribuer une partie de cette somme à deux associations locales », a-t-il ainsi annoncé dans un communiqué.

Son président, Jean-Jacques Pot, nous explique plus amplement la démarche : « Lors qu’on établit un budget prévisionnel, on ne prévoit jamais de gagner la Coupe de France… surtout à Plouzané où sur ce plan là, on n’a pas défrayé la chronique ! Cette année, les comptes seront difficilement équilibrables car le contexte général le veut. Par conséquent, cet argent qui nous arrive de la Fédération est simplement un bonus. Soit vous le mettez de côté soit vous choisissez qu’il revienne à ceux qui souffrent le plus en ce moment tout en n’affectant pas les finances de votre club. Lorsque la Coupe de France a « restart », dans les conditions qu’on connaît, nous nous sommes posés la question de ces motivations, complètement ubuesques, au niveau de mon conseil d’administration. Elles masquent surtout des enjeux qui nous échappent, politiques ou financiers. »

« Je suis resté fidèle à l’identité et l’image de Plouzané »

S’il affirme que la surprise a été la première réaction suite à la reprise de la Coupe de France, les termes que contiennent la lettre signée par sept clubs du Finistère envoyée à la FFF, le club a voulu afficher un état d’esprit solidaire avec les autres clubs encore engagés : « Je pense à Bourg Blanc, qui depuis novembre, a respecté les couvres feu, interdictions de pratiquer… comme indiqué dans le courrier, nous nous interrogeons sur les motivations de cette reprise » Mais le président du club a tenu à une chose : privilégier le dialogue. « J’ai réuni les joueurs pour leur exposer ce qui s’était dit au conseil d’administration, pas pour les convaincre de déclarer forfait. Ils s’entraînent depuis le 10 décembre pour 80% de présence… c’est donc eux qui ont décidé » avoue Jean-Jacques Pot, à la tête de Plouzané AC depuis quatre ans, avant de compléter : « Il faut éveiller les consciences car même si la situation dans les hôpitaux est moins grave en Bretagne, on a aussi le droit d’être solidaires de ce qu’il se passe ailleurs. »

Si l’intégrité et la santé physique des joueurs étaient au centre des préoccupations avant cette reprise en compétition officielle, le risque était mesuré. Ce qui n’a pas empêché le club, pensionnaire de N3, de le placer sous le signe de la solidarité : « J’ai posé une condition avant ce 6eme tour et surtout avant d’en parler aux joueurs qui a été validée par le conseil d’administration. Nous avions le souhait de rendre une partie de ce qu’on gagnerait à ceux qui le méritent le plus en ce moment. Des partenaires, des joueurs encore étudiants… rien que de se faire à bouffer, c’est devenu compliqué de nos jours. Notre initiative est noble mais elle prend beaucoup de monde à contre-pied. En tout cas, les gens y sont sensibles. »

Si le football est « secondaire » dans sa pratique aujourd’hui, il peut permettre de réaliser de belles actions comme celle emmenée par le club finistérien. En cas d’accession au 8e tour après la rencontre qui va l’opposer dimanche 7 février au FC Guichen (R1), la formation du Finistère a déjà prévu de renouveler cette redistribution. Avec, cette fois, 15 000 euros à répartir :  » Si on gagne, on aimerait peut-être relancer des actions similaires, donner un petit coup de main aux joueurs… c’est des choses simples et louables. »

Véritable pourvoyeur local

Dans un club qui compte quasiment 700 licenciés, ce genre d’actions est significative et permet de renvoyer une image d’un club sain, qui bosse bien. Une relation qui s’entretient avec les partenaires, que le club veut aider tant que possible. « Je suis fidèle à ce qu’est Plouzané. Je suis arrivé là car j’y ai mis mon fils pour y jouer et j’ai découvert son histoire et ce qu’on pouvait encore écrire. » confiait Jean-Jacques Pot, d’abord membre du bureau puis co-président. Il poursuit en mettant en avant la qualité du travail effectué : « Quand vous avez un tel vivier de joueurs, vous avez la possibilité de faire du nombre mais aussi de la performance. Dans ce qu’on met en place avec mes administrateurs, on essaye de donner un coup de boost à ce qui est déjà en place avec toujours cette même logique : faire sortir le maximum de jeunes joueurs. » Aujourd’hui, treize éléments de la formation ont rejoint le Stade Brestois, deux jouent en professionnel. Cinq féminines ont également fait le court voyage pour s’ouvrir les portes du club pro à Brest… « Je m’inscris dans la continuité de ce que fait le club » concluait Jean-Jacques Pot, qui n’a pas fini de le faire grandir.