InterviewNational 2

Hamady Traoré (US Lusitanos Saint-Maur) : « Je suis devenu un tout autre homme »

11/05/2021 à 12:57

On poursuit aujourd’hui notre rubrique un jour-un club avec Hamady Traoré, le très suivi latéral droit des Lusitanos Saint-Maur (N2). Il nous parle de son ambition, de son style de jeu et de son passé au centre de formation de Valenciennes.

Hamady Traoré, comment allez-vous au sortir de cette saison blanche ?

Encore plus que cette saison, nous avons tous un peu l’impression d’avoir perdu un an et demi mais c’est une chose que nous joueurs, on ne maîtrise pas. A titre personnel, c’est frustrant car nous faisions un bon début de saison jusque-là, on était bien lancé et on jouait clairement la montée en National. Cela fait mal et donne un vrai coup au moral mais on doit faire avec car on sait qu’on est dans un contexte particulier, nous n’avons pas d’autres choix que de vivre avec ça.

Quel est l’objectif des Lusitanos pour la saison prochaine ? Avec Hamady Traoré en son sein d’ailleurs ?

L’objectif du club a toujours été de jouer la montée en National et je peux vous assurer qu’on mettra les bouchées doubles, tout en espérant que la saison prochaine puisse se dérouler dans de meilleures conditions. En ce qui me concerne, et même s’ il n’y a rien de concret pour le moment, ce n’est pas un secret que j’ai été convoité par plusieurs clubs de National ou de Ligue 2, donc ce n’est pas encore certain que je sois encore au club la saison prochaine. Je ne sais vraiment pas encore de quoi mon avenir sera fait.

Un départ à l’étranger pourrait-il vous intéresser ?

Je suis ouvert à toutes choses personnellement, et c’est quelque chose qui me plait énormément mais après partir à l’étranger pour partir à l’étranger ce n’est pas mon but. Il faut vraiment que le projet sportif soit ambitieux, une D2 ou une D1. De plus j’ai été formé en France et ce serait vraiment bien si je pouvais réussir ici, c’est ma priorité.

Un centre de formation, ce n’est pas que du football, la place de l’humain y est primordiale.Hamady Traoré

Justement, pouvez-vous revenir sur votre formation ?

J’ai fait toutes mes classes pendant 5 ans à Valenciennes, avec quelques entraînements avec les pros à la clé. Cependant, une fois arrivé en fin de contrat, je n’ai pas voulu prolonger là-bas car ce que le club me proposait ne m’intéressait pas. Je ne pense pas avoir été impatient mais j’aurais vraiment aimé reprendre avec l’équipe première, du moins une simple préparation d’avant saison avec eux. Je sentais que je n’évoluais pas, et j’ai pris ma décision.

Ces années au centre m’ont fait grandir. Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, un centre de formation, ce n’est pas que du football, la place de l’humain y est primordiale. J’ai eu la chance d’avoir des coachs qui m’ont donné plus de responsabilités et je suis devenu un tout autre homme. Le foot ce n’est pas qu’un plaisir mais du travail, un vrai travail et lorsque l’on est dans un centre de formation, on voit ce qu’est l’exigence du monde pro.

A lire aussi
Jeunes : comment rebondir après l'échec en centre de formation ?
Centres de formation : les jeunes sont-ils livrés à eux-mêmes ?

Vous avez donc choisi pour rebondir de rejoindre l’Ile de France et la bonne réputation de ses équipes de N2…

J’aurais aimé me lancer en National mais cela ne s’est pas fait, donc je me suis dit que la meilleure des solutions était d’intégrer une N2 en Ile-de-France en effet. On sait que beaucoup de clubs professionnels suivent particulièrement ces équipes car en région parisienne, le niveau est vraiment élevé et lorsqu’un joueur arrive à se faire voir ici, on sait qu’il a forcément des qualités.

J’ai l’impression d’être de nouveau sur la bonne voie.Hamady Traoré

On sent que le mental est un élément important de ce que vous êtes ?

J’ai développé un gros mental dès mes 13-14 ans, à partir du moment où j’ai signé à Valenciennes et que j’ai quitté le cocon familial. Ce n’est pas facile pour un jeune de rester près de 4 mois sans voir sa famille et de ne rentrer que pour les vacances. Par la suite, j’ai eu un petit coup au moral en sortant de Valenciennes mais heureusement la famille était là et aujourd’hui, j’ai l’impression d’être de nouveau sur la bonne voie, même si bien entendu, tout n’est pas acté.

Et sinon sur le terrain, quel joueur êtes vous ?

Je suis un joueur plutôt box to box, je fais beaucoup d’allers-retours sur le terrain. Je suis un latéral très offensif qui essaye d’être rapide, dynamique mais qui n’oublie pas les tâches défensives. J’aime aussi le duel car j’ai été défenseur central également dans le passé, ce qui me donne un côté agressif. En fait, j’ai pris des deux postes afin de faire ma propre petite potion et je sais que dois perfectionner mes qualités avant tout.

Y a t-il des joueurs qui vous ont servi de modèles ?

Ce sont avant tout des joueurs évoluant à mon poste, des Sergio Ramos, Lilian Thuram, Daniel Alves ou Marcelo. Après bien entendu, il y a également ceux qui te font aimer le foot comme Ronaldinho ou Zidane. Pour parler au sens large, personnellement j’aime beaucoup l’Angleterre qui correspond bien à mon style box to box mais aussi l’Allemagne car c’est un football très offensif, tout ce que j’aime.

Je vous laisse le mot de la fin

Je voudrais saluer mon club et remercier particulièrement Aderito Moreira qui m’a pris aux Gobelins et qui m’a emmené avec lui aux Lusitanos. Il m’a beaucoup aidé, a été patient avec moi et a su me faire évoluer et grandir en tant qu’homme.

Propos recueillis par Reynald Trunsard

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟