InterviewPSGASSE

PSG-ASSE : les confidences de l’ex-Parisien et Stéphanois Jérémy Clément

17/04/2021 à 18:10

Jérémy Clément (36 ans), qui a cumulé près de 400 apparitions sous les maillots parisiens et stéphanois, présente l'opposition entre le PSG-ASSE, dimanche (13h, Canal+), pour le compte de la 33e journée de Ligue 1.

Jérémy, vous avez joué autant de matchs officiels (192) pour Paris que pour Saint-Etienne. Est-ce un choix symbolique ou un pur hasard ?

C’est du hasard, je ne le savais pas. (sourires).

Quelle analyse faites-vous de la qualification du PSG contre le Bayern ?

C’est bien pour le club, je trouve que le PSG fait maintenant preuve de régularité en Ligue des Champions. L’année dernière en finale, cette année en demi. C’est vraiment une équipe à prendre au sérieux pour ce titre et c’est vraiment une bonne chose pour le football français. Je suis super content que Paris en soit là. C’est un message qu’ils envoient à leurs concurrents en Europe.

Un milieu de terrain en particulier vous impressionne au PSG ?

J’aime beaucoup Idrissa Gueye parce que ce sont des joueurs qui ont un gros abattage. C’est sûr qu’on va plus parler des Paredes, Mbappé et toutes ces stars, mais je trouve qu’on ne se rend pas compte de l’importance de mecs comme ça. Le genre de joueur qui assure un équilibre, qui défend, qui court, qui récupère des ballons… J’ai joué aussi à ce poste donc je me rends vraiment compte du travail qu’ils font. Et puis je trouve que ce sont des joueurs importants, qu’il faut mettre en valeur. Des joueurs qui sont dans l’ombre et qui apportent aussi des solutions offensives.

Que pensez-vous de la nouvelle génération de joueurs ?

La vie évolue, les joueurs évoluent. Je pense que si on prend le football il y a 30 ans et le football de maintenant, il y a plus de vitesse, plus de puissance, plus d’intensité. Tout évolue, je pense que les mentalités aussi. Pour l’avoir vécu, je suis de 84 mais j’ai connu le moment où les jeunes écoutaient les anciens (sourires). Il y avait un vrai respect et une vraie hiérarchie d’âge. Ça faisait partie de cette culture anciens/jeunes, je pense que ça a évolué un peu. Est-ce que c’est bien ? Pas bien ? Ca change mais c’est la société qui change aussi. Je ne vais pas dire que je préférais avant mais j’aime bien ce respect envers les anciens et le respect de les écouter parce qu’ils ont plus de vécu. C’est pareil, maintenant que je suis coach j’apprends à faire avec les nouvelles générations. Il faut comprendre qu’on n’est pas tous fait pareil. Il faut se remettre en question et vivre avec son temps aussi même si on a des convictions.

On sait que Paris n’est pas au top de sa forme après un match de Ligue des Champions. On l’a vu lors des défaites à domicile contre Monaco (0-2) et Nantes (1-2). Ne serait-il pas le moment pour Saint-Etienne de jouer le coup à fond ?

Il y a souvent des moments de décompression après ces matchs de Ligue des champions. Il peut y en avoir après cette victoire contre le Bayern mais avec Paris, les victoires appellent d’autres victoires et les séries positives entraînent les séries positives. Donc je crois que le PSG va être prêt pour le sprint final et je n’y crois pas au relâchement dimanche. Ce sera un match compliqué pour Saint-Etienne même si la victoire à Bordeaux leur a fait du bien. Il faudra que l’équipe joue décomplexée, elle n’a rien à perdre. On va dire que c’est un match bonus contre Paris qui a battu l’une des meilleures équipes d’Europe.

Les présidents de Saint-Etienne viennent d’annoncer qu’ils étaient prêts à passer le témoin. Une bonne chose pour que le club évolue et continue d’avancer ?

A un moment donné, il faut passer le relais. Je pense que les deux présidents ont fait du bon travail depuis X années mais selon moi, peu importe le club et peu importe la présidence, il y a toujours besoin d’un souffle nouveau. Ça fait tellement d’années qu’ils sont là-bas, une nouvelle présidence entraînera forcément une nouvelle dynamique. Cela sans rien enlever de tout le travail qu’ils ont fait, le club a fait pas mal de belles choses sous leur gouverne.

Votre ex-coéquipier Loic Perrin a rejoint l’ASSE dans un rôle multifonctions, c’est important qu’un club comme Saint-Etienne continue de s’appuyer sur ses anciennes gloires ?

Il faut ! On entend dire souvent qu’un ancien joueur de haut niveau va être un bon entraîneur mais ce n’est pas sûr. Je ne ne suis pas objectif sur lui parce que c’est quelqu’un que je connais très bien, que j’apprécie beaucoup et je trouve qu’il a vraiment les compétences pour avoir une place plus importante dans le club de Saint-Etienne. En tout cas, si j’étais un président de club, je m’appuierais sans hésitation sur Loïc.

Pour terminer, un pronostic sur ce PSG-ASSE ?

Je vois Paris gagner parce qu’ils sont encore euphoriques de leur qualification pour les demi-finales. Saint-Etienne n’a pas de quoi s’emballer mais ils ont fait un bon match contre Bordeaux, ils ont gagné. Donc on se dit est-ce que ce n’est pas Sainté qui aura ce moment de décompression ? Je vois une victoire parisienne parce que pour moi, il y a plus d’éléments qui me font dire que Paris, mentalement, va être gonflé à bloc. Et ce n’est pas contre Paris que Saint-Etienne va assurer le maintien, c’est sûr. (Sourires).

Propos recueillis par Enzo Briand

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟