Quantcast
Interviews

15 mars | 10h30

O. Badiaga : « Se rapprocher du haut de tableau pour ne pas à avoir à regarder derrière »

C’est un modèle sur et en dehors, le capitaine Lilasien Oumar Badiaga (33 ans). Souvent blessé, il essaie de faire grandir aujourd’hui son club de cœur, Les Lilas (Régional 1). Entretien ! Crédit photo : MD Prod

Les Lilas R1 Oumar Badiaga

Oumar, au terme d’un match équilibré, la Aulnaysienne et les Lilas se sont quittés sur un match nul (2-2). Résultat logique ?

Oui vu la physionomie du match, le nul reste logique. On avait l'ascendant dans le premier quart d'heure et on a eu l'opportunité de faire le break mais on n’a pas su concrétiser nos occasions contrairement à Aulnay qui a fait preuve de réalisme en égalisant et en prenant l'avantage. En seconde période, c'est Aulnay qui aurait pu faire le break mais on a su faire preuve de caractère et comme contre Cergy l'apport de nos remplaçants nous a permis d'obtenir un nul.

On n’a pas su réagir comme après notre première défaite à St Brice

Oumar Badiaga

Quel est ton regard et bilan sportif de ton équipe ?

Je trouve qu'il est globalement mitigé avec un bilan de 6 nuls, 5 victoires, 5 défaites même s'il était plutôt bon jusqu'à mi-décembre avec qu'une seule défaite depuis le début de la prépa et une élimination en coupe de France aux tirs au but.

La claque subie (0-3 à Cergy, 19/12/21) a-t-elle laissé des traces dans les têtes et les jambes ?

Je pense que la défaite juste après la trêve hivernale nous a fait plus de mal car nous étions frais et reposés mais cela nous a vite rappelé la défaite à Cergy et derrière, on va à Torcy sans la confiance qu'on a habituellement. On n’a pas su réagir comme après notre première défaite à St Brice.

Aujourd’hui 9e au classement, est-ce la vraie place des Lilas ?

C'est notre vraie place actuellement car on a perdu 1/3 de nos matches. Mais je suis persuadé qu'on a la capacité de faire beaucoup mieux en termes de résultat au regard du contenu de nos matchs et du potentiel des joueurs de l'équipe.

Faut-il regarder devant ou derrière dans ce championnat disputé ?

C'est vrai que ce championnat est très serré mais je pense qu'il faut regarder devant et se rapprocher du haut de tableau pour ne pas à avoir à regarder derrière.

On essaye de beaucoup communiquer avec les plus jeunes car certains découvrent la vie et l'exigence du niveau R1.

Oumar Badiaga

Peux-tu nous rappeler ton parcours ?

J'ai quasiment fait toute ma carrière senior au Lilas mis à part mes débuts de senior que j'ai fait avec la réserve du SDUS en PH et DHR puis Aubervilliers en CF2 et après, cela j'ai rejoint les Lilas en CF2 à l'époque et j'ai fait une saison à Issy les Moulineaux en 2014/15 et à Bobigny en 2015/2016 puis je suis revenu au Lilas.

Pourquoi être revenu aux Lilas ?

Je sortais d'une saison compliquée à Bobigny et j'étais toujours en contact avec les joueurs des lilas et le coach à l'époque souhaitait que je revienne. Connaissant déjà une majorité des joueurs et l'ambiance du club, je pense que c'était ce qui me convenait le plus à ce moment-là.

Que s’est-il passé à Bobigny ?

Je m'étais blessé au genou et pendant ce temps, il y a eu un changement de coach. A mon retour de blessure, je n'ai fait que des bancs de touche.

Capitaine du coach Magne, que te demande-t-il sur et dehors du terrain ?

Le coach attend de moi ce qu'il attend de tous les joueurs expérimentés de l'équipe. Ça passe avant tout par la performance sur le terrain et évidemment avoir un comportement exemplaire. Que ce soit moi ou les autres joueurs expérimentés, on essaye de beaucoup communiquer avec les plus jeunes car certains découvrent la vie et l'exigence du niveau R1.

Propos recueillis par Farid Rouas

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :