Quantcast

Sponsorisé

News

30 novembre | 16h03

"On veut sortir de cette spirale", annonce Christophe Pelissier

Près de trois semaines avant son entrée en lice en Coupe de France, le FC Lorient retrouve mercredi soir (19h) l’ESTAC Troyes, pour le compte de la 16e journée de Ligue 1. Avec une idée en tête : renouer avec la victoire et s’améliorer offensivement. (Crédit photo : Icon Sport)

LIGUE 1 FC LORIENT FC LORIENT L1

Sponsorisé

Huit matches, cinq défaites, trois nuls. Le bilan des deux derniers mois du FC Lorient n’a rien de flatteur. Au contraire. Depuis son succès contre Nice (1-0) le 22 septembre, les Merlus n’ont pas remporté le moindre match. Et face à Troyes, au stade de l’Aube mercredi soir, l’optique d’un rebond apparaît comme la priorité du technicien morbihannais. “Les joueurs sont meurtris, comme nous, et on a envie que cette spirale s’arrête, assure Christophe Pélissier à la veille du match comptant pour la 16e journée de Ligue 1. Il faut qu’on retrouve ce plaisir d’aller de l’avant, de poser des difficultés, sans avoir de crainte. Comme je disais aux joueurs, certes c’est un match important, mais ce n’est pas une finale.”

Car bien qu’il sera privé de nombreux éléments défensifs (Le Goff, Lemoine, Morel sont forfaits, Jenz est incertain), c’est surtout le secteur offensif qui pose problème au coach des Merlus. Avec un seul but inscrit lors des quatre dernières rencontres, il y a effectivement de quoi s’inquiéter. “Je reste persuadé que l’on peut et que l’on doit mieux faire. Il faut que l’on retrouve cette envie d’aller de l’avant, de se créer des situations. On est un peu timide là-dessus. C’est sûrement dû à la confiance mais il faut faire mieux parce qu’on sait que si on ne joue pas, c’est difficile de se créer des occasions”, analyse Christophe Pelissier.

“Il faut réfléchir à des choses différentes”

Mais alors, que peut-être la clé après une si longue période de disette ? “Il faut se lâcher, il faut jouer. C’est un travail collectif qui demande du déplacement, des courses, de la confiance ; et c’est ça à l’heure actuelle la difficulté que nous rencontrons”, poursuit le technicien. Plus concrètement, une nouvelle dynamique pourrait-elle être la résultante d’un changement de système ? “Il faut réfléchir à des choses différentes”, répond Pelissier. Faudrait-il associer d’autres joueurs que lors des derniers matches sur le front de l’attaque ?

“Terem (Moffi) et Armand (Laurienté) ont marqué des buts en début de saison aussi parce que l’équipe était meilleure collectivement et qu’on amenait le ballon dans des bonnes zones devant. Mais ce ne sont pas Terem et Armand, à eux seuls, qui vont faire la différence, se défend encore l’ancien milieu offensif. Et ce n’est pas parce qu’ils n’étaient pas là que l’on n’a pas marqué.” Reste désormais à savoir quels joueurs il alignera à Troyes mercredi soir. Et si son équipe parviendra, enfin, à retrouver la saveur de la victoire.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :