Quantcast

Sponsorisé

Interviews

8 mars | 0h00

Papy Leye (Châteaubriant) : "C’est un groupe sain, qui prend ce qu'on lui donne"

Le co-entraîneur des Voltigeurs de Châteaubriant, Papy Leye, est revenu sur la qualification historique pour les 8emes de finale de Coupe de France acquise sur le terrain de Romorantin !

27 min.
Voltigeurs de Châteaubriant LEYE

Sponsorisé

Le co-entraîneur des Voltigeurs de Châteaubriant, Papy Leye, est revenu sur la qualification historique pour les 8emes de finale de Coupe de France acquise sur le terrain de Romorantin !

Papy, quel est votre sentiment après cette qualification historique en 8emes de finale ?

Il fallait qu’il en profite mais on a surtout dit aux joueurs qu’il ne fallait pas oublier le terrain et ne pas se mettre la pression. Il fallait tout simplement qu’on reste ce que nous sommes et ce qu’on a fait partout où on est allé. C’est un groupe sain, qui prend ce qu’on lui donne. On est un groupe de 24, on en a choisi 20 et puis 11 sur le terrain. Les remplaçants sont rentrés en étant prêts et ont été décisifs. Il faut également souligner le boulot incroyable de notre staff médical car on fait avec nos moyens. Mais globalement, tout le monde était prêt mentalement et physiquement. C’est un boulot énorme depuis la reprise !

Justement, depuis Le Mans, l’histoire est belle

Quand on a su qu’on allait reprendre en Coupe de France à la mi-janvier, on ne s’est jamais plaint et nous n’aurions eu aucune excuse si nous avions été sortis par Le Mans de par un manque de rythme ou de fraicheur physique. Nous avons pris ce que nous a donné la Fédération, on s’est entraîné dur depuis le retour sur les terrains ! C’est un retour sur investissement car on a été dur, exigeant avec Flo mais on ne demandera jamais à un joueur de donner ce qu’il ne peut pas donner

« Egaler le record de Carquefou »

Percevez-vous la chance de poursuivre la compétition ?

C’est aussi un levier qu’on tire car on gagne un mois avec cette qualification. Nous ne sommes pas là pour donner des leçons car on a la chance de pouvoir s’entrainer après 18h30. Avec ce tour supplémentaire, on maintient également le lien social pour des jeunes qui ont besoin de se projeter, de jouer. On est conscient qu’on les prive, mais à cause d’une pandémie…

Un mot pour les supporters, le département qui s’est mobilisé pour vous ?

Ce que font les supporters, c’est juste exceptionnel ! Lors de notre départ pour Romorantin, ils ont carrément poussé le bus (rires). C’était un moment inoubliable et il l’est encore plus quand on voit toute une famille autour de la télévision pour nous regarder sur une chaine de grande écoute. Ils sont chez eux mais les images, on les reçoit également. Quand on s’est déplacé, les rencontres ont été retransmises sur les réseaux sociaux mais là, c’était Eurosport. Et même pour les joueurs, il y avait cette excitation des caméras qu’ils ont su gérer parfaitement et ne pas se détourner de ce qu’ils sont.

C’est donc Historique pour le club qui n’a pas atteint ce niveau depuis 1907. Une préférence pour le tirage de ce soir ?

Celui qui permet de passer (rires). On aimerait bien égaler le record de Carquefou, qui avait atteint les quarts de finale… mais dès lors qu’on atteint ce stade de la compétition, il n y a pas de bons ou de mauvais tirages… maintenant, si on prend Paris ou Monaco !

Crédit photo : Illusion & Réalisme
☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟

SUIVEZ NOUS

Sélectionner votre département

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :