Quantcast
News

9 avril | 9h40

Pascal Dupraz : "Ma responsabilité"

Le coach de l'ASSE n'a pas été tendre avec ses joueurs après la déroute de son équipe au Stade du Mouchoir ce vendredi soir en ouverture de la 31e journée de Ligue 1. (Crédit photo : ASSE)

ASSE ASSE L2

C'est un naufrage collectif. C'est un péché d'orgueil, une attitude vaniteuse, pas une attitude qui sied à un joueur professionnel

Pascal Dupraz, coach ASSE

C'était un match à ne pas perdre pour les Merlus comme pour les Verts. Et si tout avait bien commencé pour l'AS Saint-Etienne qui a rapidement ouvert la marque par Bouanga avant de creuser l'écart sur un but de Nordin, le match a basculé peu avant la pause quant les Merlus ont réduit la marque sur pénalty (Moffi 42e), puis égalisé sur un but de Koné. Des une second période à sens unique les Stéphanois ont encaissé quatre nouveaux buts et on fini le match à dix après l'expulsion de Neyou qui, entré en jeu à la 62e, a récolté deux avertissements dans la même et n'a passé que cinq minutes sur la pelouse. Battue 6-2, l'ASSE a perdu une bonne occasion de s'extirper de la zone rouge, mais a surtout livré une prestation alarmante en seconde période, laquelle n'a pas échappé à son coach, Pascal Dupraz qui s'est montré amer après la rencontre : "J'explique la défaite par ma responsabilité. Celle du coach, c'est de répéter aux joueurs que le foot se respecte. Quand on fait cette entame, il ne faut surtout pas en rajouter sous prétexte qu'on mène 2-0. Il faut respecter les fondamentaux, c'est primordial et c'est ce qu'on n'a pas su faire. Même si réduction de l'écart arrive tôt, on pressent que ça va se passer comme ça. C'est un naufrage collectif. C'est un péché d'orgueil, une attitude vaniteuse, pas une attitude qui sied à un joueur professionnel. Sur le chemin de la rédemption, il reste sept matches, et quels que soient les scores, on va être barragistes après cette journée. C'est mieux qu'il y a trois mois, mais je souhaite que les joueurs comprennent que pour laisser l'ASSE en L1, il faut respecter le plan de jeu, remettre le métier sur l'ouvrage pendant 94 minutes. Certains ont décidé qu'il fallait aller chercher haut plutôt que rester compact. Comble de l'ironie, on travaille toute la semaine sur le fait que Lorient est une équipe qui contre et on se fait contrer."

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :