Quantcast

Sponsorisé

Interviews

26 mars | 0h00

Pascal Parent (président LAuRA Foot) : "Une licence ce n'est pas un abonnement au Luna Park"

Le président de la LAuRA et membre du ComEx de la FFF, Pascal Parent, a accordé à Actufoot un entretien dans lequel il évoque les sujets du moment.

8 min.
LIGUE AURA LAURA

Sponsorisé

Le président de la Ligue Auvergne-Rhône Alpes et membre du Comité Exécutif de la FFF, Pascal Parent, a accordé à Actufoot un entretien dans lequel il donne les orientations à venir pour la fin de saison et met les choses au clair concernant les relevés demandés aux clubs régionaux.

La bureau plénier de la LAuRA a eu lieu hier, qu’en est-il ressorti ?

Le bureau plénier a pris acte de la décision du Comex de la veille, dans lequel j’étais présent. Les compétitions régionales et départementales ne reprendront donc pas cette saison. Pour autant nous avions pris les devants en envoyant un questionnaire aux clubs. Parce qu’arrêter les compétitions ne veut pas nécessairement dire arrêter le football. Si d’aventure, nous pouvions reprendre quelques activités footballistiques, l’intérêt pour nous est de savoir ce que les clubs souhaitent que nous fassions pour les accompagner. Cette consultation a été envoyée il y a près d’une semaine et nous avions reçu hier près de 140 réponses. Les clubs sont donc réactifs et nous aiguillent dans nos propositions.

Je me vois mal organiser des matches amicaux à huis-clos, sans buvette, cela n’aurait aucun sens

A quel type d’accompagnement réfléchissez-vous aujourd’hui ?

A la première question : souhaitez-vous que la Ligue propose des activités ? Une quarantaine de clubs parmi les 140 réponses reçues nous ont indiqué qu’ils souhaitaient, et c’est tout à fait audible, garder des dates pour eux afin d’organiser des activités internes sous la forme de tournois, de matches amicaux ou tout autre type de manifestation destinée à renouer les liens avec leurs licenciés.

Deux grosses tendances se dégagent : des matches amicaux […] ou la reprise des coupes régionales LAuRA là où elles s’étaient arrêtées en mars 2020

En revanche, une centaine d’autres ont répondu favorablement à notre requête. Deux grosses tendances se dégagent : des matches amicaux, tout simplement, entre deux clubs pas trop éloignés, avec maximum un niveau d’écart. Ou la reprise des coupes régionales LAuRA là où elles s’étaient arrêtées en mars 2020. Ces propositions ne pourront se concrétiser que si la situation sanitaire le permet. Je me vois mal organiser des matches amicaux à huis-clos, sans buvette, cela n’aurait aucun sens. Si les mesures de restrictions se décontractent d’ici un mois par exemple, nous pourrions envisager de disputer ces matches amicaux, avec arbitres officiels.

Qu’avez-vous à répondre aux clubs qui ne comprennent pas la Ligue demande un relevé n°2 ?

J’ai plusieurs éléments de réponses à donner. D’abord, tous les clubs ont bénéficié au mois d’octobre d’une aide à hauteur de 10 euros par licenciés. 5 euros sur leur compte Ligue et 5 euros, voire un peu plus, sur leur compte District. Donc une aide a déjà été apportée en fonction du nombre de licenciés des clubs. Dans les comptes Ligue des clubs, il y a essentiellement des licences. Deuxièmement, comme nous l’avons stipulé dans la lettre adressée aux clubs il y a peu, la Ligue s’est assise sur le plupart de ses engagements (ndlr : inscription d’une équipe dans un championnat régional qui s’élève de 40 à 1100 euros) en remboursant l’ensemble des équipes régionales, à l’exception de la R1, de la R2 ou de la R3, où nous avons fait une réduction de 50 %.

J’estime que les efforts faits par la Ligue en début de saison au niveau des engagements sont assez significatifs pour avoir le droit de demander un relevé n°2

Troisièmement, la Ligue ne vit pas d’air pur et d’eau fraîche puisqu’elle a 50 salariés à payer. Et sur les frais de formation, les amendes etc… Il n’est pas question de revenir sur ce que les clubs doivent. D’un autre côté, et je caricature à peine : les clubs n’ont pas joué, donc il n’y a quasiment pas eu de dépenses. J’estime que les efforts faits par la Ligue en début de saison au niveau des engagements sont assez significatifs pour avoir le droit de demander un relevé n°2. Dernier point, la licence la plus chère de la Ligue est à 26,80 euros, assurance comprise. Ils en ont déjà récupéré 10 euros en début de saison. Et je ne crois pas qu’ils la revendent 26,80 euros à leurs licenciés. Et toutes les licences jusqu’aux U10 ne coûtent rien. Donc c’est un terrain dangereux sur lequel ils s’aventurent.

Le faible nombre de matches joués cette saison est notamment mis en avant

Nous ne sommes pas dans un rapport marchand, une licence ce n’est pas un abonnement au Luna Park, c’est une cotisation vis à vis d’un club, d’une ligue ou d’un district. Je pense qu’il n’est dans l’intérêt de personne de demander un remboursement en fonction des matches joués. En tout cas moi je ne sais pas faire. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour peser le moins possible sur les finances des clubs. Si les clubs veulent qu’on leur rembourse les licences, derrière nous n’avons plus qu’à fermer le rideau.

Thomas Gucciardi, à Lyon

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :