Quantcast

Sponsorisé

News

27 juillet | 12h45

Philippe Terrier : "La légitimité de la DNCG sera détruite"

Le président du FC Villefranche-Beaujolais a réagi ce mercredi à l'avis favorable donné par le CNOSF ce lundi sur le maintien des Girondins en Ligue 2. (Photo : Simon Marachian/Actufoot)

FFF FC VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS NATIONAL LIGUE 2 FC VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS N1 BORDEAUX BORDEAUX L2

L'avis donné par le CNOSF ce lundi sur le maintien des Girondins de Bordeaux en Ligue 2 n'a pas manqué de faire réagir du côté du FC Villefranche-Beaujolais. Après s'être fendu d'un communiqué mardi, le 3ème du dernier exercice de National, défait en barrage d'accession en Ligue 2 par QRM (1-3, 2-0) en mai dernier, s'est fait entendre dans les colonnes de L'Equipe, par le biais de son président, Philippe Terrier.

Les Girondins privilégiés ?

Dans une interview publiée par le premier quotidien sportif français ce mercredi, le boss du FCVB ne cache pas son incompréhension concernant le dossier girondin : "Le CNOSF, normalement, est censé valider ou invalider ce que la DNCG a fait, en se penchant sur les éléments fournis à la DNCG. Mais là, ils se sont penchés sur des nouveaux éléments ! C'est totalement illégal, on est sur un truc farfelu" dénonce Terrier, soupçonnant Bordeaux de bénéficier de passes-droit : "Des personnes haut placées dans la Fédération m'ont dit : ''si cela avait été un autre club, on suivrait les règles. Mais là, ce sont les Girondins de Bordeaux.''

La légitimité de la DNCG en danger

Dans l'attente d'une convocation par la FFF, si son Comex décidait de ne pas suivre l'avis du CNOSF et de rester sur sa décision de rétrograder les Girondins en N1, le président caladois a confirmé que son club était paré à toute éventualité : "Si on nous demande de jouer en Ligue 2, que la LFP ne se fasse pas de souci, elle pourra être fière de nous. On attend encore d'être auditionnés par la DNCG, mais on a préparé deux budgets, un pour le National et l'autre pour la L2, de 7,5 M€. Maintenant on attend d'être convoqués". Dans le cas contraire, il redoute qu'un sauvetage des Girondins ne discrédite totalement le gendarme financier du football : "Si Bordeaux est sauvé, ça va être très compliqué pour la DNCG de rétrograder d'autres clubs. Ils n'auront plus aucune autorité les pauvres. [...] En termes de légitimité... Il n'y en aura plus, elle serait détruite."

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé