Quantcast
News

16 mai | 18h00

Romaric Dzuibanayski (ESCR D3) : "La persévérance est le fruit de la réussite !"

Au terme d'une saison ou la lutte aura été rude du début à la fin pour la promotion, la réserve du Cannet-Rocheville termine sur la première marche du podium après sa criante victoire 5-0 sur le Cannes OSC. (Crédit : ESCR)

ES Cannet-Rocheville D2 Romaric Dzuidanayski

Bien que cette dernière rencontre de la saison se faisait face à la lanterne rouge, le Cannes OSC, Romaric Dzuibanayski nous assure que ce fut "une rencontre pleine d’émotion et de stress". L'enjeu était de taille, une victoire assurait le Cannet de finir premier, d'être ainsi sacré champion et de monter en D2. Le stress ne l'a pas emporté sur la qualité de l'équipe puisque le désormais champion de la poule A s'est imposé 5-0. Mais la rencontre ne fut pas aussi simple que le score semble le refléter, la première mi-temps a été compliqué, mais le Cannet mène tout de même 1-0 à la pause. Vous l'aurez compris, c'est en seconde période que le Cannet à déroulé, en inscrivant quatre de ses cinq buts. "Notre position de leader a repris le dessus, nous nous sommes tous remobilisés et avons proposé notre jeu puis les buts ont défilé", précise Romaric Dzuibanayski. C'est au coup de sifflet final que les joueurs ont pu exulter : "Nous avons ensuite, laissé place à la fête dans le vestiaire, après un petit tour de stade pour remercier les personnes qui nous ont suivis tout au long de la saison."

Tout au long de la saison, le Cannet-Rocheville a "combattu sans relâche pour l’accession au niveau supérieur avec Biot et Villeneuve-Loubet", souffle le coach qui indique également que "la persévérance est le fruit de la réussite". Seul entraîneur/joueur de son championnat, Romaric Dzuibanayski est aussi revenu sur les difficultés qu'incombe cette tâche : "J’ai le rôle d’un joueur de l’équipe qui est copain avec tout le monde, mais également celui qui est décisionnaire et qui se doit de diriger l’équipe." Parfois, il faut faire des choix, "Il n'est pas évident de dire à un coéquipier qu’il doit rester à la maison le dimanche, ou qu’il débutera la rencontre sur le banc ou même de devoir faire des changements lors d’un match, car ça ne plaît à personne de sortir bien évidemment". Malgré tout, il a su tenir ce groupe jusqu'au bout pour aller chercher ce titre : "Nous avons fait des séances d’entrainement physique jusqu’à la dernière semaine et avons su être rigoureux tout au long de la saison. Je suis fière de mes joueurs, je suis fière de mes collègues."

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :