Quantcast

Sponsorisé

News

24 novembre | 17h05

Sami Ben Houidegh : "On vit un rêve éveillé"

Dimanche dernier, les U18 de l'US Cap d'Ail ont encore réalisé un exploit lors 1er tour fédéral de la Coupe Gambardella. Une victoire historique sur laquelle est revenu le coach, Sami Ben Houidegh.

US CAP D'AIL Gambardella PACA Sami Ben Houidegh US Cap d'Ail U18 D1 U18 D1 Côte d'Azur

Sponsorisé

Sami, dimanche, ton équipe a encore réalisé un exploit en allant chercher la qualif’ sur le terrain du Gardia Club. Un match qui a semblé plus difficile que les autres…

Sans vouloir manquer de respect à mes deux derniers adversaires qui ont des équipes de grande qualité, ce match a été le plus dur de tous. Déjà car on n’a pas reçu à la maison et qu’on affrontait une équipe toujours invaincue en championnat. Encore une fois, la chance a été de notre côté avec un but venu d’ailleurs (frappe de 30 mètres, ndlr) et deux penaltys manqués par le Gardia. Ils nous attendaient de pied ferme et on savait que ça allait être très compliqué mais c’est la magie du foot. Mon gardien, Thomas Lorenzi sort un penalty à la 86e et ensuite on a laissé l’euphorie s’emparait du vestiaire. Sur ce match, le terme exploit est le plus adéquat même si on a pu compter sur le soutien des parents que je tiens à remercier pour leurs encouragements.

C’est une qualification historique…

Même plus qu’historique. C’est mémorable, magnifique et on vit tout simplement un rêve éveillé. Ça fait quatre jours que je n’arrive pas à redescendre de cette euphorie même si il va falloir se concentrer sur le match de championnat de samedi. Il faut vivre le moment à fond et j’espère que mes joueurs se rendent compte de la chance qu’on a. On est en train de vivre une épopée inoubliable donc ils doivent vivre chaque seconde comme si c’était la dernière dans la compétition. Avec mon adjoint et ami, Kevin Diana que je tiens à remercier de tout mon coeur, on a l'impression d'avoir touché le gros lot.

Vous faites la fierté de votre club en ce moment ?

On peut dire ça et c'est un grand honneur car c'est la victoire de tout un club. Celle du président, des dirigeants, des coaches ou même des parents qui n'ont pas arrêté de croire en nous et nous suivre depuis le début. Sans eux, on n'aurait peut-être pas atteint ce premier tour fédéral. L'US Cap d'Ail est une famille et notre politique sur la jeunesse porte ses fruits donc c'est évidemment une grande fierté de ce dire qu'on restera dans l'histoire du club.

Mais aussi du District de la Côte d'Azur...

C'est vrai qu'on est la dernière équipe représentante du DCA sans compter Nice et Monaco. À l'image de ce que j'ai dit au-dessus c'est un grand honneur de pouvoir représenter notre département au niveau national. J'ai vu qu'il y a l'US Veynes Serres qui s'est également qualifié pour ce fameux 1er tour fédéral et je tiens à la féliciter. C'est un bon moyen de montrer la qualité des clubs amateurs de la région.

Qu'attendez-vous du tirage au sort qui aura lieu demain ?

On n'était pas content des trois derniers tirages mais à la fin, il y a eu un exploit au bout donc finalement est-ce que ce n'est pas mieux de tirer une équipe qu'on ne veut pas affronter à la base ? Le tirage au sort c'est la loterie et je me mentirais à moi-même, si je dis que je ne veux pas passer encore quelques tours. Je pars du principe qu'on affrontera n'importe qui. Le plus important, c'est que les gamins prennent du plaisir et terminent la compétition des souvenirs plein la tête. La meilleure fin en soi serait de se faire sortir par une équipe de centre de formation. Ça voudrait dire qu'on est arrivé à se frotter aux plus grosses équipes de jeunes du pays et ce ne serait pas anodin.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :