Quantcast

Sponsorisé

News

2 février | 14h35

Sonny Duflos : "On doit rendre fier nos supporters"

À quelques heures du derby contre l'AC Ajaccio, le latéral et capitaine du GFCA est revenu sur le début de saison tronqué de son équipe.

GFC Ajaccio N3 CORSE MÉDITERRANÉE GFC AJACCIO N3 Sonny Duflos

Sonny, samedi dernier, vous avez retrouvé le chemin de la victoire contre l'US Mandelieu. Un match qui n'a pas été si facile que ça...

On est tombés sur un adversaire coriace. On a du attendre la 55e minute pour marquer le premier but qui a nous a délivrés puisqu'on a mis le second dix minutes après. On s'est fait peur sur la fin de match avec un but qui avait été signalé hors-jeu par l'assistant mais validé par l'arbitre. Après, c'est totalement de notre faute car on aurait du se mettre à l'abri plus tôt. Bon, malgré tout, l'équipe a empoché les trois points et c'était le plus important pour relancer une nouvelle dynamique.

Comment avez-vous vécu les nombreux reports de vos matches ?

Ça a été assez difficile. Un coup c'était notre adversaire qui était touché, un coup c'était nous donc vraiment on n'en voyait pas le bout. À la fin, ça fait qu'on a encore cinq matches à rattraper en l'espace de six semaines donc le calendrier va être chargé. Pour garder le rythme et l'esprit de compétition, on a essayé de bien s'entraîner, faire pas mal d'oppositions entre nous. Après ce n'est pas suffisant et on l'a ressenti sur le match perdu contre Cannes où l'équipe était à court d'énergie.

Un derby très important vous attends, ce soir, contre l'AC Ajaccio...

Les derbys sont souvent les matches les plus attendus par les supporters et les joueurs. Il ne faut pas oublier que notre club a une grande histoire. Il y a cinq ans, le Gaz' affrontait l'équipe première de l'ACA, mais aujourd'hui on affronte la réserve donc on se doit de faire respecter notre loi. De toute façon, un derby ça ne se joue pas, ça se gagne. Logiquement, il faudra donc mettre tous les ingrédients pour l'emporter et rendre fier nos supporters. Maintenant, on s'attend à un match compliqué contre une équipe bien armée et composée de jeunes joueurs à fort potentiel.

Comment gère-t-on une semaine à deux matches ?

C'est vrai que c'est assez inhabituel donc on s'entraîne très peu et on fait beaucoup de récupération. On essaye surtout de ne pas trop se focaliser sur le match de samedi. Notre premier objectif est de faire une grosse performance ce soir et ensuite on pourra penser à Istres. Surtout que le résultat de ce match en retard aura sûrement des répercussions sur celui de samedi.

Avec encore cinq matches en retard, est-il difficile de se fixer des objectifs pour la deuxième partie de saison ?

Évidemment. Surtout qu'il ne faut pas oublier que notre club est en reconstruction suite à notre rétrogradation en N3. Il ne reste que quatre joueurs du groupe N2 et notre rôle est vraiment de jouer les troubles-fêtes. On essaye de prendre les matches les uns après les autres et embêter un peu nos concurrents. Quand on voit qu'on est la seule équipe qui a battu Furiani, ça montre qu'on a de la qualité et qu'on n'a rien à envier aux autres équipes. En revanche, on ne prétend rien de très grand aussi. On ne s'est pas fixé l'objectif de montée mais plus de se stabiliser.

Malgré tout, ces matches à rattraper peuvent vous permettre d'espérer...

Je pense que oui. On va avoir onze matches en six semaines donc je pense qu'à l'issue de cet enchaînement, on pourra mieux savoir où l'on se se situe dans le classement. Si on est performants et qu'on reste dans le haut du classement, on pourra peut-être aller chercher quelque chose. Maintenant, comme j'ai dit, on ne veut pas trop se projeter et prendre chaque semaine comme elle vient. Il ne faut pas oublier que notre groupe est réduit et que ces prochaines semaines vont sûrement peser sur les jambes. Le plus important, c'est qu'on reste soudés, solidaires et qu'on rentre sur le terrain avec les crocs pour prendre un maximum de points.

Toutes les infos du Gaz'

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé