Quantcast
Interviews

11 octobre | 8h00

Tristan Delafosse « je fais partie des rares français dans l’organisation de l’Euro 2024 allemand »

L’Allemagne accueillera, en 2024, le prochain championnat d'Europe des nations de football. La responsabilité de la gestion des Villes Hôtes a été confiée à un français, en l’occurrence, Tristan Delafosse. Ce nordiste d'origine nous présente sa mission et ses objectifs.

ALLEMAGNE UEFA EURO 2024 Tristan Delafosse

Quelle va être votre mission durant l’Euro 2024 ?

Je suis responsable des relations avec les villes hôtes de l’euro allemand. Il y en a 10 au total. Je vais m’assurer que les contrats passés avec ces cités soient respectés ainsi que les différentes opérations mises en œuvre. Je pense à l’accueil des supporters dans la ville, les fan zones, la promotion de l'événement mais aussi à toutes les questions autour de la mobilité. Je vais les accompagner en m’appuyant sur mon expérience de l’Euro 2016 français pour la Métropole Européenne Lilloise. Avec la fédération allemande (la DFB), on a défini un programme spécifique de 80 pages. Il contient toutes les missions. Le premier septembre dernier, l’UEFA et la fédération germanique ont lancé une filiale synonyme de support légal de la compétition. Je dépends de cette structure.

Comment avez-vous obtenu cette responsabilité ?

J’ai commencé par intégrer la fédération allemande en tant que responsable des relations avec la ville de Munich pour l’organisation de l’Euro 2020. J’ai accompagné la ville bavaroise en particulier dans la stratégie liée à l’arrivée de la pandémie. Il y a eu des analyses de risques. Il a fallu mettre en place de nouvelles mesures afin de pouvoir accueillir des supporters dans les stades. Cela m’a permis de prendre mes marques. J’ai amélioré mon allemand. Après 2 ans de missions, on m’a confié cette nouvelle tache concernant l’Euro 2024.

Actufoot • Tristan Delafosse responsable Villes Hotes Euro 2024 2

Tristan Delafosse lors de l'Euro 2020 à Munich (Allemagne).

A partir de maintenant, qu’allez-vous faire ?

On va continuer à travailler sur la contractualisation de différents sujets avec les villes hôtes. Elles vont devoir élaborer leurs propres concepts. Chaque année, pendant 3 ans, elles vont devoir nous livrer un plan spécifique. On va les accompagner notamment en les aidant à améliorer certains de ces sujets si nécessaire. Le but c’est qu’en avril 2024, un projet final convenant à tout le monde soit prêt.

Qu’en attendez-vous de cette nouvelle expérience ?

Cela va prendre une nouvelle ampleur. Il va falloir que je continue à me familiariser avec l’organisation administrative allemande. Cela repose sur des régions qui ont leur propre fonctionnement. Des villes comme Hambourg et Berlin sont elles-mêmes des régions. C’est un vrai challenge.

Quels sont vos liens avec l’Allemagne ?

Il est d’ordre privé. Mon épouse, Anne née Breitreiner, est allemande. Je l’ai connu lorsqu’elle évoluait dans l’équipe de Basket-ball de Villeneuve-d’Ascq. En vivant en Allemagne, nous avons réalisé un projet. Travailler pour l’Euro 2024, cela a été une formidable opportunité de poser nos valises dans ce pays. Mon expérience professionnelle dans les domaines d’organisations sportives internationales a convaincu les organisateurs. Je cite concernant la Métropole Européenne Lilloise : le départ Tour de France en 2014, des finales de coupe Davis de tennis, l’Euro de basket 2015, le championnat d’Europe d'Europe des Nations 2016 de Foot ou encore au le Mondial de Handball en France en 2017.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :