Quantcast
News

17 mars | 11h30

US Palaiseau - Pantin Olympique : ce qu'il s'est passé après le match

Ce week-end après la rencontre entre Palaiseau et Pantin en Régional 3, un groupe de jeunes attendait les joueurs pantinois sur le parking, une rixe brutale a alors eu lieu.

U.S Palaiseau R3 Olympique de Pantin R3 R3 IDF - Poule B

Dimanche 13 mars en début de soirée, une violente bagarre a éclaté en marge de la rencontre entre l’US Palaiseau et l’Olympique de Pantin, comptant pour la 13ème journée de Régional 3. Après le coup de sifflet final et la victoire de Palaiseau à domicile (3-2), une dizaine de jeunes armés de barres de fer et de marteaux pour certains ont attendu sur le parking du stade les joueurs de Pantin, afin d’en découdre. Il s'ensuit alors une échauffourée de plusieurs minutes durant lesquelles les footballeurs pantinois sont frappés et leur minibus dégradé. Un joueur s’est vu administrer cinq points de suture, et quatre autres ont eu des côtes fêlées. Plusieurs arrêts de travail ont été administrés, dont certains allant jusqu’à dix jours.

Une histoire qui remonte à décembre 2021

Selon nos informations, le groupe de jeunes auteurs de l’agression serait originaire de Massy, une ville voisine de Palaiseau. La genèse de ces violences prend sa source dans les événements du 5 décembre dernier. Un envahissement de terrain suivi d’une rixe avait entaché le match entre Massy et Pantin (7ème journée de Régional 2), provoquant l’interruption définitive de la rencontre. La Ligue avait pris la décision d’infliger un point de pénalité aux deux clubs ainsi que match perdu. Depuis ces événements, les jeunes des deux villes se seraient invectivés sur les réseaux sociaux. Un joueur de Massy, présent lors de l'envahissement de pelouse, et transféré cet hiver à Palaiseau, devait effectuer sa rentrée sur le terrain. Le banc de Pantin l’aurait reconnu et l’aurait par la suite invectivé. C’est ce qui aurait relancé de nouveau cette histoire en sommeil depuis trois mois.

« Ce n’est même pas du football, c’est de l’extra football. Ce sont des supporters contre des joueurs. Malheureusement, les réseaux sociaux ont fait que des jeunes de la ville de Massy sont venus en découdre avec les joueurs de Pantin. Dans les échos que j’ai, ça part des réseaux sociaux », déclare ainsi l'entraîneur de Palaiseau.

Ça a été la tempête pendant dix minutes. J’ai vu des joueurs prendre des coups de marteau sur le crâne

Rachid Arabi, entraîneur de l'Olympique de Pantin

Les deux clubs condamnent, l'entraîneur de Pantin scandalisé

Le son de cloche est similaire que ce soit du côté de Palaiseau ou de Pantin. Les deux entraîneurs s’indignent des violences. À commencer par l’éducateur de l'USP qui recevait ce week-end et qui a tenu également à dédouaner le voisin Massy et à montrer l'impuissance de son club pour gérer ces débordements : « Ce n’est pas le club de Massy qui engendre ça. J’aimerais bien que le club de Massy soit mis hors de cause dans cette histoire. Ce n’est pas possible de gérer trente personnes. On n’est pas dans le monde professionnel où on peut filtrer. Ce n’est pas possible pour nous. En plus de cela, ça se passe en dehors de l’enceinte du stade, que voulez-vous que l’on fasse ? C’est malheureux d’en arriver là. »

De son côté, son homologue Rachid Arabi se montre bien plus sévère dans son discours à l’égard de la Ligue, lui qui a assisté à l’ensemble de la rixe : « On a vu des marteaux, des barres de fer, des battes, il y avait même quelqu’un qui avait un chien. Ça a été la tempête pendant dix minutes. J’ai vu des joueurs prendre des coups de marteau sur le crâne. On a évité un drame, je ne sais pas comment. Ce n'est juste pas possible. Pour moi la ligue a une part de responsabilité. Ils n’ont pas tenu compte de notre première situation à Massy qui était juste à côté. Ils nous ont dit « en dehors du terrain, ça ne nous concerne pas ». Mais tout autour du stade, ça a un lien direct avec ce qui se passe sur le terrain. On est en 2022, se faire encore agresser comme ça sur les matches de foot… Ce n’est pas possible. Pour moi, c’est un scandale. »

L’Olympique de Pantin a demandé et obtenu le report de la rencontre prévue ce week-end face à Meaux Academy (finalement reprogrammée au 17 avril). Le club de Seine-Saint-Denis a également entrepris les démarches pour déposer plainte pour chacun de ses joueurs blessés. Contactée, la Ligue de Paris Île de France n'a pour l'instant pas répondu à nos sollicitations.

Elie Rollé

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :