Quantcast
News

7 avril | 10h02

Violences : à la 14ème minute, on arrête de jouer en LAuRA

Face à la recrudescence des incidents disciplinaires dans ses championnats, la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes a choisi de mener une action.

LIGUE AURA

"On se reprend !" L'appel de la Ligue Auvergne Rhône-Alpes suite à son bureau plénier du 21 mars dernier est visiblement resté lettre morte. Le communiqué qui admettait "une augmentation inquiétante des incidents pendant et autour des matches" s'est révélé tristement actuel le week-end qui s'ensuivit. L'agression d'un arbitre par un joueur d'un club lyonnais sur la pelouse de la Côte Saint-André en R2 le dimanche 27 mars a de nouveau choqué la France du football, sans que ce type de violence ne cesse pour autant.

"Afin d’essayer d’endiguer la recrudescence de la violence et des incivilités constatée sur et autour des terrains régionaux et départementaux", la commission PMS (Prévention, Médiation, Sécurité) de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de Football s’est réunie ce mardi 5 avril en présence de la section régionale de l’amicale des arbitres UNAF. A l'issue de cette réunion, il a été décidé de proposer au prochain Conseil de Ligue du 9 avril de doubler "les sanctions prévues au barème disciplinaire pour des voies de fait sur officiel ou blessure grave d’un autre acteur de la rencontre après un acte de brutalité." Une mesure qui s’accompagnera d’un retrait de points systématique à l’encontre de l’équipe du ou des fautifs et ce avec effet immédiat.

Les arbitres rentreront aux vestiaires cinq minutes

Aussi, toutes les rencontres régionales (et départementales pour les districts qui le souhaitent, à l’exception de toutes les compétitions nationales) des 9 et 10 avril prochains seront interrompues à la 14ème minute (minute de l'agression du 27 mars dernier en Isère). A cet instant, le ou les arbitres officiels désignés rentreront aux vestiaires, accompagnés si elles le souhaitent des deux équipes, pendant cinq minutes. Les rencontres reprendront à l'issue de ces cinq minutes. Une mesure symbolique visant à réveiller les consciences et à témoigner de sa solidarité envers l'arbitre agressé, qui s'est vu prescrire une ITT de 8 jours après avoir eu le nez fracturé.

L'instance représentatives du football régional précise que les équipes qui tenteraient de poursuivre le match faisant fi de cette interruption auraient match perdu par pénalité.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :