Quantcast

Sponsorisé

Interviews

1 février | 11h00

Y. Bell : « Le football entreprise, c’est le moyen d'avoir encore un peu de pression »

Le club du FC Nike est en reconstruction en championnat de foot entreprise, Régional 1 avec comme dernier rempart, un gardien de but expérimenté, Yann Bell. Pour ceux qui ont vu évoluer son neveu Joseph-Antoine, l’ancien marseillais et bordelais, la passion du poste dans les buts est une longue et belle histoire de famille !

FC NIKE R1 Yann Bell

Sponsorisé

Lourde défaite samedi face à Orange Issy (1-3) en Coupe de France. L’équipe a-t-elle raté son match surtout en première période ?

On a eu un début de match difficile ensuite Orange Issy a été supérieur sur ce match, c’est une victoire mérite pour eux. C’est une belle équipe qui a pratique un bon football. Ça fait plusieurs matches que nous avons du mal à démarrer les rencontres, aujourd’hui on est tombé sur une équipe efficace qui a bien exploité nos erreurs de début de match.

7ème au classement de R1 pour un club comme le FC Nike habitué à jouer les premiers rôles, quel est le problème ?

C’est vrai que depuis mon arrivée au FC Nike, je n’ai pas été habitué à être dans le ventre mou du championnat mais nous sommes dans une période de reconstruction au niveau du club et la situation sanitaire rends la transition encore plus compliquée !
Nous avons dû trouver de nouvelles installations pour nous entraîner, un groupe de joueurs qui a énormément changé, et comme toutes les équipes, on doit aussi faire avec les problèmes liées aux covid (pass sanitaire , malades ,etc..). Donc pour s’entraîner et bosser correctement, ce n’est pas facile mais comme il y a un groupe de qualité c’est quand même encourageant. Et vous avez quand même en face de nous des équipes, des clubs qui bossent bien depuis plusieurs saisons avec des effectifs stables et qui maintiennent donc un niveau de compétitivité élevé.


Comme pour le coach, c’est une année de transition ?

Oui c’est une année de transition, puis je dirais surtout que c’est une année de reprise. Un nouvel entraîneur, un nouveau groupe, un nouveau championnat également puisque la formule du championnat du football entreprise a aussi changé. Donc beaucoup de nouveautés.


Passé par Massy, le Red Star, Pau entre autres, aujourd’hui dans le football entreprise, c’est l’occasion de continuer à jouer sans pression ?

Au contraire, évoluer dans le football entreprise, c’est le moyen de rester dans la compétition et avoir encore un peu de pression. C’est un championnat de qualité avec quelques équipes qui jouent vraiment un très bon football, je croise d’anciens partenaires ou adversaires même si avec mon grand âge, il y en a de moins en moins (sic).

Le Red star est un club où j’ai vécu beaucoup de belles émotions et c’est toujours triste de le voir en mauvaise posture

Yann Bell

Pourriez-vous nous décrire en quelques mots, le FC Nike ?

Le FC NIKE, aujourd’hui c’est une grande famille avec des gens qui sont content de se retrouver et de partager du temps ensemble !


Le Red Star que vous avez connu 2 saisons (2004-2006) est en mauvaise posture actuellement en National. Êtes-vous surpris ?

Le Red star est un club où j’ai vécu beaucoup de belles émotions et c’est toujours triste de le voir en mauvaise posture. Mais quand on démarre mal la saison, c’est toujours compliqué ensuite. Cependant la saison est loin d’être terminée, je suis allé voir quelques matches cette saison et je pense que c’est une équipe qui devrait finir assez facilement dans la première moitié du classement. Il y a un nouvel entraîneur qui semble apporter beaucoup de dynamisme et qui devrait leur permettre de revenir en L2 rapidement.


Neveu de Joseph-Antoine, c’est lui qui vous a donné envie de devenir gardien de but ?

C’est une question qu’on m’a souvent posée et non, ce n’est pas lui qui m’a donné envie d’être gardien de but. Comme tous les enfants, j’aimais jouer au foot et je n’étais pas trop mauvais dans les buts quand j’étais petit donc j’y suis resté.


Quel est le match qui vous a marqué le plus de lui ?

Pas de match en particulier qui m’ont marqué mais le premier souvenir football que j’ai de lui, c’est lors de la coupe du monde en Espagne en 1982 (ça date..). Le Cameroun était dans la poule des futurs champions du monde, l’Italie et j’avais aperçu mon oncle à la télé. Ensuite je me souviens de ses finales de coupe de France avec l’OM qu’il a malheureusement perdu.

Joseph-Antoine Bell est le premier gardien noir à avoir évoluer en première division

Yann Bell

Dans les repas de famille, avez-vous l’occasion de parler ballon avec lui ?

Le football a longtemps été un loisir donc j’ai très rarement eu des discussions autour du football avec lui et quand c’est devenu un peu plus sérieux pour moi, j’avais d’autres interlocuteurs.

Victime de racisme, comment l’a-t-il vécu ?

En ce qui concerne le racisme, c’est assez particulier, on a tous en tête les épisodes qu’il a pu vivre avec les supporter marseillais lorsqu’ il a quitté l’om mais je pense que ça ne l’a pas affecté plus que ça. C’est le premier gardien noir à avoir évoluer en première division. Il a été capitaine de l’Olympique de Marseille, donc le racisme ne l’a pas particulièrement empêché de performer. En revanche, il a pu utiliser sa position, son statut pour dénoncer ce racisme et faire avancer, même tout doucement, les choses.

Pour terminer, vous avez 47 ans, quelle est la potion magique chez les Bell ?

Je joue avec des joueurs qui ne savent pas qui pas est Joseph Antoine Bell. La potion magique en ce qui me concerne, c’est que j’aime trop le football et qu’avec le FC NIKE, je prends énormément de plaisir et puis, à cause où grâce au covid, je le seul gardien valide qui reste à la disposition du coach (sic).

Propos recueillis par Farid Rouas

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :