Quantcast
News

10 février | 18h32

Youssef Meftah : "Je n'ai jamais vécu une telle saison"

Après 16 journées de championnat, le Stade Laurentin est dernier de D1 avec seulement une victoire à son actif. Le garant du projet Laurentin, Youssef Meftah a donc dévoilé les difficultés rencontrées par son équipe et ses attentes pour la fin de saison.

STADE LAURENTIN Stade Laurentin D1 Youssef Meftah

Youssef, que se passe-t-il avec l'équipe Seniors cette saison ?

Pour faire court, j'étais sur deux années avec ce groupe et je me posais la question de savoir si je repartais avec le même. Avec le confinement à chaque fois et début de saison, il n'y avait pas grand monde à la préparation physique. Je suis quand même reparti avec cette équipe. Ils ont réalisé la montée de la D2 à la D1, donc je n'allais pas leur dire de partir. Malheureusement, à la prépa, la moitié des joueurs se découvrent une nouvelle vie donc je n'ai personne. Je me dis que ce n'est pas très grave car j'ai l'habitude. Le championnat commence mi-septembre donc je vais rattraper. Début septembre, ça continue donc on a commencés par se faire éliminer de la coupe et commencer l'escalade. On est rentrés dans une spirale un peu négative et au début du championnat et je me suis rendu compte qu'on était trop court physiquement pour rivaliser avec les autres équipes.

Le Covid a largement impacté ton effectif...

Évidemment, le problème avec le covid c'est qu'il n'y avait rien d'ouvert. Pas de buvette ou de douche. Dans un niveau comme ça, il y a le football mais il faut qu'il y ait une vie associative. Et si les joueurs ne ressentent pas ça, on a l'impression qu'ils sont moins concernés. Après que tu gagnes ou tu perds, ce n'est pas le plus important, mais vivre une telle saison dans le contenu, ça ne m'est jamais arrivé. C'est une équipe avec laquelle j'avais l'habitude de tout gagner et qui n'est jamais arrivée en dessous de la troisième place...

Qu'est-ce qui vous a manqué sur ce début de saison ?

On n'arrive pas à gagner un match. On en a gagné un seul de la saison contre Carros. Un seul où on l'emporte pratiquement de force. Pourtant, sur toutes les autres rencontres qu'on a jouées cette saison, je n'ai pas trouvé une seule équipe qui m'a vraiment impressionnée. J'ai eu Beausoleil qui m'a dit qu'on a l'une des plus belles équipes. Mais même si on joue bien ça ne suffit pas en D1. T'as beau produire le meilleur jeu du monde, si tu n'as pas les cartouches de gaz pour être prêt physiquement, tu ne peux pas espérer. Dans ce championnat, j'ai toujours dit que l'équipe qui gagne est celle qui court le plus. Malheureusement, on est à court physiquement et voilà le résultat.

"J’ai toujours apporté du plaisir aux gens et je suis peiné de ne pas le faire cette saison. Maintenant, on a le droit de se tromper une fois dans sa vie."

Youssef Meftah, coach de la D1 du Stade Laurentin

Globalement, c'est le groupe seniors qui est en difficulté...

Ça fait quinze ans que je suis sur un banc et je n'ai jamais vécu une saison comme ça. Je n'ai jamais connu une saison en dessous de la troisième place. En même temps je pense que c'est à moi d'assumer car j'aurais dû le sentir. Je le sentais un peu que ça n'allait pas trop prendre. J'ai des bons joueurs mais le problème c'est qu'ils n'ont pas "le goût à l'effort".

La descente est-elle inévitable ?

Au mois de décembre, je ne me voyais pas condamné parce qu'on avait encore des concurrents directs à jouer. Là, plus les matches passent et plus ça devient compliqué. Le problème c'est l'investissement des gens. Moi je ne peux pas plus m'investir que je le fais ou que je l'ai déjà fait. Je peux me remettre en question mais sur le terrain, ce n'est pas moi qui joue.

Justement, qu'attends-tu de tes joueurs sur ces 11 dernières journées ?

Qu'ils jouent tous les matches à fond parce qu'on ne sait jamais ce qu'il peut se passer. Ce qui est le plus dur quand tu n'as pas de résultats, c'est de garder les gens concernés. Ça fait plus de vingt ans que je suis là donc je suis quand même payé pour les gens qui sont là, qui s’investissent. Je ne suis même pas dans la crainte de ne pas avoir des résultats. J’ai toujours apporté du plaisir aux gens et je suis peiné de ne pas le faire cette saison. Maintenant, on a le droit de se tromper une fois dans sa vie.

Est-ce que tu as pensé à arrêter ?

La question revient souvent dans ma tête et elle se pose. Mais est-ce que j'ai envie de lâcher sur une période aussi compliquée ? Je ne suis pas un entraîneur qui aime partir sur du négatif. Malgré tout ce qui se passe, je pense encore être l’homme de la situation. Surtout que je ne suis pas bloqué sur les seniors et j'ai un club à faire avancer. De toute façon, on n'avait pas l'intention de monter en R2 cette saison donc au pire, il faudra encore repartir de zéro. Selon moi, tant que toutes les équipes jeunes ne sont pas toutes en D1, ça ne sert à rien de penser au niveau régional. On ne sait pas de quoi l'avenir est fait mais j’ai toujours la confiance de mon club. J'ai fait un travail de fou pour le Stade Laurentin et j'espère que les gens ne l'oublieront pas car on s'est manqués sur une saison.

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :