Quantcast

Sponsorisé

News

5 avril | 15h15

Mohamed Labhiri : "Je sais que je peux jouer en N1"

Auteur d'une saison pour le moment accomplie dans les rangs du FC Chamalières où il a retrouvé le plaisir et un statut de titulaire, Mohamed Labhiri, milieu de terrain de 27 ans, évoque ses performances et son envie de s'imposer à l'échelon supérieur après un échec en 2019/2020 à Villefranche. (Crédit photo : FC Chamalières).

NATIONAL 2 N2 D FC CHAMALIÈRES FC CHAMALIÈRES N2 Mohamed Labhiri

Sponsorisé

Mohamed, comment analyses-tu la saison du FC Chamalières avant le déplacement à Moulins-Yzeure vendredi ?

De base, il faut savoir que j'avais signé à Louhans-Cuiseaux pendant l'été mais j'ai décidé de résilier peu de temps après pour raisons personnelles. J'ai trouvé le moyen de rebondir à Chamalières où je suis arrivé dans un "mood" indécis. Sans mentir, je ne savais pas trop où je mettais les pieds même si j'étais au courant qu'on n'allait pas jouer la montée. Aujourd'hui, je peux dire que c'est un club qui est en train de se structurer. Après deux années de covid, j'avais surtout envie de rejouer et de reprendre du plaisir. C'est ce qui se passe dans un club qui possède le plus petit budget de N2 toutes poules confondues. A ce moment précis, on n'est pas relégable et j'espère qu'on parviendra à obtenir ce maintien qui validera notre saison.

Comment te sens-tu sur le plan individuel, toi qui a marqué 2 buts et délivré 7 passes décisives en 20 matches ?

Je pense faire une bonne saison même si elle n'est pas finie. Après mon passage en N1 où je n'avais pas beaucoup joué, je voulais retrouver ce plaisir. En plus, je suis décisif en étant le meilleur passeur de l'équipe, donc c'est positif.

Pas de regrets donc d'avoir quitté Louhans puis signé à Chamalières ?

Je ne regrette pas du tout d'avoir écouté la personne qui m'avait parlé de Chamalières. Concernant Louhans, j'ai vu qu'ils jouaient le haut de tableau cette saison mais ma décision de résilier a vraiment été prise pour des raisons personnelles. J'avais signé deux ans là-bas mais j'ai préféré prendre le risque de partir.

J'ai conscience et confiance en mes qualités

Mohamed Labhiri, milieu du FC Chamalières

A quelques semaines de la fin du championnat de N2, te projettes-tu déjà un petit peu sur la saison prochaine ?

Si je peux retrouver le niveau supérieur, je ne dis pas non car je suis ambitieux. Un bon projet en N1 me ferait plaisir.

Qu'est-ce qu'il te manquait à l'époque pour t'imposer au FC Villefranche-Beaujolais ?

La confiance du coach. Quand j'ai signé à Villefranche, je sortais de deux grosses saisons à Epinal et il y avait pas mal de clubs de N1 qui m'avaient contacté. J'avais choisi le FCVB parce que c'était un club qui était dans notre poule en National 2, qui m'avait vu jouer et m'avait sollicité assez tôt. Alain Pochat (l'entraîneur de l'époque, ndlr) m'avait présenté le projet de jeu qui me correspondait. Le coach voulait vraiment des joueurs qui savent jouer au ballon. Malheureusement, je n'ai pas eu sa confiance et il y avait une équipe qui tournait bien et jouait la montée.

Te sens-tu prêt et plus armé désormais pour le N1 ?

J'ai conscience et confiance en mes qualités. Je sais que j'ai le niveau pour m'imposer au-dessus. La première fois que j'y ai goûté, c'est lorsque j'étais à Amiens en U19 Nationaux. J'avais fait quelques apparitions en National avec Olivier Echouafni et Francis de Taddeo. Je sais que je peux jouer en N1 mais il faut que je trouve le bon projet avec le bon coach.

Propos recueillis par Thomas Gucciardi

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :