Quantcast

Sponsorisé

Portraits

6 janvier | 13h00

Stéphane Dalmas, une vie de foot

Retour sur le parcours de l’ancien meneur de jeu du RC Grasse, aujourd’hui directeur sportif du CA Peymeinade, pour qui le football a toujours été une histoire de passion et d’amitié.

CAP PEYMEINADE CA Peymeinade CA Peymeinade D1

Le football amateur regorge de talents dont on se demande pourquoi ils n’ont pas franchi la porte du professionnalisme. Stéphane Dalmas est de ceux-là. Aujourd’hui âgé de 51 ans et bien installé dans son costume de directeur sportif du Cercle Athlétique Peymeinadois, ce dernier a été l’un des meilleurs joueurs azuréens de sa génération. Doué techniquement et doté d’une vision du jeu hors paire, il a trimballé son numéro 10 sur tous les terrains de la région pendant de nombreuses années, avant de raccrocher les crampons il y a une quinzaine d’années. Bien trop passionné pour laisser le football derrière lui, ce supporter inconditionnel du FC Nantes ne s’est pas éloigné des terrains en devenant éducateur.

Des débuts en seniors à seulement 17 ans

Il ne pouvait en être autrement pour lui qui a débuté à l’âge de cinq ans au Racing Club de Grasse, en plein coeur des années 70, dans le sillage de son papa, Jean-Marie, qui officiait alors comme milieu de terrain en Division d’Honneur avec le club de la Cité des Parfums. Son petit gabarit, Stéphane Dalmas l’a très vite compensé par sa qualité balle au pied, mais également son caractère bien trempé. Si celui-ci lui a permis de gravir tous les échelons du RCG jusqu’à être surclassé en équipe fanion à l’âge de 17 ans, c’est peut-être aussi un élément qui a pu effrayer certains recruteurs venus l’observer au Stade Jean-Girard, l’antre historique du club rouge et bleu où il donnait le tournis aux défenses adverses.

Actufoot • RCG JUNIORS LIGUE 1986 87

Stéphane Dalmas avec les Juniors Ligue du RC Grasse en 1986. Quelques mois plus tard il débutera avec l'équipe fanion à seulement 17 ans.

Repéré par le FC Nantes peu après ses débuts anticipés en seniors, il est aussi quelques années plus tard dans le viseur de René Girard, qui officie alors au Nîmes Olympique. Le club voisin de l’AS Cannes a également un oeil sur lui, mais le jeune meneur de jeu ne fera jamais le grand saut. « Il y a eu plusieurs contacts, mais à l’époque nous n’étions pas accompagnés comme le jeunes peuvent l’être aujourd’hui. Une carrière dans le football ça tien souvent à rien, c’est ainsi », explique-t-il avec quelques regrets, mais sans aucune amertume. À défaut de carrière pro, Stéphane Dalmas devient rapidement un cadre du RC Grasse, bientôt rejoint par son petit frère, Frédéric, au profil plus défensif, tandis que son père officie désormais comme éducateur chez les jeunes. Après un cursus au lycée horticole d’Antibes, le club lui permet d’ailleurs d’intégrer le service des espaces verts de la marie grassoise.

La découverte du National à 28 ans

Avec le Racing, il connaît de superbes saisons en DH dans les années 90 sous la direction de l’emblématique entraîneur, Pierre Lara, et même une accession en Division 4, dont il est l’un des acteurs majeurs en 1992. Anciens coéquipiers de Zinedine Zidane avec l’équipe réserve de l’AS Cannes, Philippe Carrat, Lionel Firly, Denis Armbruster ou encore le redoutable buteur, Jean-Yves Puccinelli, sont ses partenaires d’attaque. Stéphane Dalmas multiplie les caviars en faveur de ce dernier, mais deux ans après son accession l’équipe retrouve la DH, et même la DHR en 1997. Philippe Carrat succède alors à Pierre Lara à la tête de l’équipe, mais le courant ne passe entre les anciens coéquipiers et c’est avec l’équipe réserve PHB, alors dirigée par son père, que Stéphane Dalmas achève la saison 97-98.

Actufoot • DALMAS FREJUS

En 1998, Stéphane Dalmas qui tte pour la première fois le RC Grasse et découvre le National à l'âge de 28 ans avec l'ES Fréjus.

Au printemps 98, après avoir signé 23 licences consécutives au RC Grasse, il décide pour la première fois de quitter le club. L’ES Fréjus, alors pensionnaire de National, le met à l’essai. Après quelques entraînements et un ou deux matchs amicaux, le club varois engage le joueur de 28 ans qui va donc découvrir sur le tard le troisième niveau français. Un pari osé mais pas fou, tant le joueur s’intègre avec facilité à un niveau qu’il n’a pourtant jamais connu par le passé. « J’ai fait 22 matchs cette saison-là avec Fréjus, se souvient-il. Mais pour moi il était déjà trop tard pour entamer une carrière professionnelle ». Si l’aventure ne dure qu’un an, Stéphane Dalmas se prouve à lui-même qu’il avait bien le talent pour s’exprimer à un bon niveau. Alors qu’il approche de la trentaine, le manager du ROS Menton, Lucien Oniboni l’attire du côté du Stade Lucien-Rhein lors de la saison 1999-2000. Mais au terme deux belles saisons à la frontière italienne, il décide de se rapprocher de son domicile peymeinadois.

Éducateur, la suite logique

Après une courte pige à l’US Mandelieu, Stéphane Dalmas effectue un premier passage au CA Peymeinade. S’il n’a plus ses jambes de vingt ans, la technique et la « vista » sont toujours là. Largement suffisant pour briller au troisième niveau départemental et attirer le regard d’une vieille connaissance. De retour aux affaires avec la DH du RC Grasse, Pierre Lara, le fait revenir pour encadrer les jeunes joueurs de son effectif, dont un certain Yohan Touzghar, l’actuel avant-centre de l’ESTAC. Il se rappelle alors aux bons souvenirs des supporters grassois, avant de raccrocher définitivement les crampons après deux belles saisons : « J’ai terminé ma carrière de joueur à 36 ans et le club m’a confié la responsabilité de l’équipe réserve ». Passé de joueur à entraîneur sans transition, il débute donc une deuxième carrière qui se poursuivra par la suite à l’AS Valléroise, au SC Mouans-Sartoux, puis finalement au CA Peymeinade où il effectue son retour en plein coeur des années 2010. « Je suis arrivé alors que l’équipe évoluait en D5, avec l’objectif de retrouver la D2 au bout de cinq ans. Au finale nous avons atteint l’objectif en quatre ans », explique-t-il avec un brin de fierté dans la voix.

Actufoot • DALMAS CAP

En fin d'année 2021, Stéphane Dalmas a repris les commandes de l'équipe fanion du CAP (D1). Un intérim parti pour durer ?

Stéphane Dalmas n’a pas hésité une seconde avant d’embrasser le rôle d’entraîneur, tout en créant dans le même temps son entreprise de jardinage : « Les jardins du Pic-Vert », en référence au surnom que ses amis lui ont donné. Proche de la nature, seules la pêche et la cueillette des champignons, passions héritées de sa maman, Dominique, éloignent des stades celui qui est aussi le père de deux garçons, Lorenzo, 17 ans, et Bastien, 9 ans, avec sa Corinne, sa compagne dont le calme et la patience contrastent avec l’énergie débordante qui le caractérise. Une énergie qu’il continue de mettre au service du CAP dans le rôle de directeur sportif après avoir décidé de prendre du recul avec les seniors il y a quatre ans. Une fonction qui lui sied à merveille, bien qu’il ait récemment effectué son retour sur le banc de l’équipe fanion, qui évolue désormais en D1, pour palier momentanément au départ du coach, Joseph Falcone.

Artisan d’un nouveau CAP

Car pour Stéphane Dalmas, la formation des jeunes et des éducateurs est désormais une priorité. C’est dans ce cadre qu’il s’investit également comme référent du partenariat qui lie le club à l’OGC Nice.« Je travaille avec eux quasiment tous les mois. Je m’occupe de placer les les éducateurs dans les sessions de formations proposées par le Gym, afin qu’ils puissent approfondir leurs connaissances au contacts des coach du centre de formation. On essaie aussi de faire venir ces derniers à Peymeinade, comme cela a été le cas récemment avec la venue d’Onyekachi Apam pour encadrer une séance avec nos U11 et U12 », explique-t-il. Et peu à peu, il contribue à structurer un club qui bénéficie désormais d’une infrastructure moderne après la réfection du complexe sportif Régis-Capponi en 2017. Également éducateur chez les jeunes, il s’est investi dans la création d’une catégorie baby-foot destinée aux plus jeunes générations de footballeurs peymeinadois, histoire de pérenniser tout le travail accompli ces dernières années.

Actufoot • DALMAS CAP OGCN

En mai 2021, le CAP et l'OGC Nice se sont engagés sur un partenariat de deux ans.

Mais pas question de s’endormir sur cette belle réussite, Stéphane Dalmas se fixe déjà de nouveau objectifs, comme celui d’intégrer la vidéo pour continuer de développer le club : « Cela serait un vrai plus d’utiliser cet outil dans le cadre des matchs mais aussi des entraînements. C’est un projet qui me tient vraiment à coeur ». Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux, relever de nouveaux défis en faisant preuve d’ambition, mais sans jamais perdre l’esprit familial et la bonne humeur qui caractérisent le CAP, tel est son crédo aujourd’hui avec le soutien de son président, Stéphane Labat. Les deux hommes ne partagent pas qu’un prénom, mais une solide amitié et un attachement sincère à leur club. Et c’est bien la le principal pour « coach Dalmas », trop entier pour s’engager dans un projet sans affection, comme il l’a toujours fait et comme il continuera certainement à le faire dans un avenir ou le football gardera toujours une place de choix.

Sponsorisé

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Sponsorisé